Un nouveau chef pour l’opération Barkhane

barkhane-20160730

Ayant pris la tête de la force Barkhane il y a un an, le général Patrick Brethous vient de passer le relai au général Xavier de Woillemont, qui occupait jusqu’alors les fonctions d’adjoint au major-général des armées et de chef de la division études synthèse et management général.

Sous le commandement du général Brethous, l’activité opérationnelle de la force Barkhane a été maintenue à un rythme élevé. Au total, depuis que cette opération a pris la suite de Serval et d’Épervier, le 1er aoît 2014, 800 missions et patrouilles ont été conduites sur l’ensemble de la bande sahélo-saharienne (BSS), ce qui a permis de mettre 200 terroristes hors de combat et de saisir 16 tonnes d’armes et de munitions.

Au cours de ces 12 derniers mois, la force Barkhane a perdu 5 des siens : le caporal Baptiste Truffaux (21e RIMa), le sergent-chef Alexis Guarato (CPA 10), le maréchal des logis chef Damien Noblet, le brigadier-chef Michael Chauwin et le brigadier Mickaël Poo-Sing ( 511e Régiment du Train).

À noter aussi que c’est sous l’autorité du général Brethous qu’ont été déployés, pour la première fois, trois LRU (Lance-roquettes unitaire).

Le général de Woillemont, qui commande désormais les 3.500 militaires de l’opération Barkhane, est un saint-cyrien de la promotion « Général de Monsabert ».

Ayant choisi de servir au sein des Troupes de Marine, il participe à l’opération Épervier, au Tchad, avec le 21e Régiment d’Infanterie de Marine (RIMa). Promu capitaine en 1989, il est affecté au Régiment d’infanterie de marine du Pacifique – Polynésie, à Taravao, comme directeur des stages de formation militaire puis officier adjoint de compagnie de combat.

De retour en métropole, il prend le commandement d’une compagnie de combat du 2e RIMa, avec laquelle il est « projeté » à Sarajevo (1992 et 1994) et au Tchad (1993).

En 1994, alors chef de bataillon, il rejoint l’état-major du commandement militaire de l’Île-de-France en tant que chef de section « effectifs » au Bureau organisation montée en puissance effectifs. Puis il intègre le Collège interarmées de défense (CID, actuelle École de Guerre), après avoir rejoint le Cours supérieur d’état-major.

En 1998, promu lieutenant-colonel, Xavier de Woillemont retrouve le 2e RIMa, où il prend les fonctions de chef du bureau renseignement opérations et instruction. Puis, en 2000, il dirige le bureau opérations des éléments français au Tchad avant de rejoindre la section « prospective études synthèses » du bureau planification des ressources humaines de l’état-major de l’armée de Terre.

En août 2003, il devient le chef de corps du 3e RIMa de Vannes, avec lequel il participe aux opérations Artemis (République démocratique du Congo) et Licorne (Côte d’Ivoire). Par la suite, Xavier de Woillemont occupera diverses fonctions en état-major et sera auditeur de la 57e session du Centre des hautes études militaires et de la 60e session de l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN). Il s’ocupera notamment des questions relatives à la transformation des armées.

En 2010, promu général, il est nommé chef d’état-major de la FINUL et représentant militaire de la France au Liban avant de retrouver l’État-major des armées (EMA) jusqu’à sa prise de commandement de l’opération Barkhane.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].

Contributions

  1. de Lagaffe

    • de MP3

  2. de JacquesdeMolay

    • de banian

    • de Vie réelle

  3. de Vince