La production en série du Missile moyenne portée est lancée

mmp-20140616

Le programme de Missile moyenne portée (MMP), porté par MBDA, se déroule conformément au calendrier prévu. Ainsi, l’industriel a annoncé, ce 14 juin, au deuxième jour du salon EuroSatory, dédié à l’armement terrestre, que la production en série de ce nouvel engin vient d’être lancée, à l’issue d’un ultime tir de mise au point effectué en février.

Ce dernier a consisté, dans le cadre d’une scénario « complexe », à détruire une cible masquée au départ du tir puis repérée en vol par le tireur grâce des images prises par l’autodirecteur du missile et envoyées par une liaison fibre optique.

« Dans ce mode ‘Tir au-delà de la vue directe’, le MMP offre une précision inégalée et réduit significativement les risques de dommages collatéraux », a fait valoir MBDA. Depuis, la Direction générale de l’armement (DGA) a procédé à quatre tirs de qualification de ce missile.

Lancé en 2011, une vingtaine de tirs d’essais ont été effectués afin notamment de valider les performances du MMP dans des environnement et des températures extrêmes.

Pouvant être tiré en espace confiné, ce missile, dit de « 5e génération », est doté d’une charge militaire polyvalente et d’un autodirecteur bi-bande visible/infrarouge non refroidi qui lui permettent de « traiter » des cibles chaudes ou froides, allant de la casemate aux véhicules blindés en passant par des abris durcis. Et cela, àn 4.000 mètres de distance. À tout moment, le tireur peut intervenir sur sa trajectoire afin d’éviter tout dommage collatéral.

Le MMP devrait entrer en service à partir de 2017 afin de remplacer les actuels missiles MILAN et Javelin. L’armée de Terre doit en recevoir 2.850 exemplaires, avec 400 postes de tir.

En outre, MBDA a également fait savoir que le MMP pourra être intégré sur plusieurs plates-formes de combat différentes.

« Pleinement adapté au combat débarqué, le MMP peut aussi constituer l’armement principal de véhicules légers ou s’intégrer comme armement complémentaire sur les tourelles des véhicules lourds de combat, en réutilisant l’optronique existance », explique l’industriel.

Pour EuroSatory, MBDA présente ainsi un véhicule SHERPA des forces spéciales ayant intégré un poste de tir de MMP. Cela permet « instantanément de doter d’une capacité antichar » des « véhicules non dédiés pour opérer sur des théâtres nécessitant mobilité et discrétion », fait valoir le missilier.

Dans le même registre, MBDA étudie la mise au point d’un tourelleau motorisé de 250 kg, appelé « Impact », pouvant être monté sur un blindé léger (comme le Dagger de Renault Trucks Defense). Ce dispositif est doté de capteurs jour/nuit de la conduite de tir du MMP ainsi que de deux missiles et d’une mitrailleuse d’autoprotection de 7,62 mm. « La visualisation et les commandes du poste de tir sont déportées dans la cabine du véhicule, afin de protéger l’équipage des feux ennemis et des intempéries », précise l’industriel.

Enfin, deux MMP pourrait également être intégrés à la tourelle T40 CTAS qui équipera le futur Engin blindé de reconnaissance et de combat (EBRC) Jaguar.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].

Contributions

  1. de nonmaisdisdonc

    • de Duc d'Orléans

      • de Jak0Spades

  2. de Jak0Spades

    • de nonmaisdisdonc

  3. de Pierro

    • de wagdoox

    • de Elmin

    • de Zayus

    • de Nico St-Jean

  4. de Tranbert007

    • de Deres

    • de Elmin

      • de Elmin

      • de Tranbert 007

    • de Nico St-Jean

      • de TRanbert 007

        • de Nico St-Jean

      • de Elmin

        • de Nico St-Jean

  5. de Khay