Cinq militaires français sanctionnés pour des « sévices physiques » commis en Centrafrique

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

43 contributions

  1. Robert dit :

    Tabassage musclé de coupeurs de route, de responsables d’exactions ou torture sur civils innocents ?

    • wagdoox dit :

      C’est toute la question et au vue de ce qui se passe sur le territoire national, j’ai bien peur qu’il s’agisse d’un nouvel inversement des roles.

    • LLH dit :

      Dans tous les cas c’est une infraction au règlement et au code pénal. QUi peut les conduire en cours d’assises ou en correctionnel, selon les cas.

      Raison pour laquelle il est fondamental :
      – que l’officier commande et ne se laisse pas déborder par la situation ni par ses émotions,
      – de développer le détachement émotionnel chez tous le monde car ce genre d’OPEX pourrie génère énormément de TSPT, bien plus qu’une guerre comme SERVAL.

  2. sentinelle dit :

    Justement en cote d’ivoire c’était condamnable mais pouvait s’apparenter à la légitime défense de civils sans défense là on ne sait rien pour le moment

    • Anthony dit :

      non, ce n’était pas de la légitime d&fense de civils. Faut arrêter les films : c’était un assassinat, lâche, médiocre, par des petits chefs érigés auto-erigés justiciers, qui ont trahis les subordonnés qui leur ont fait confiance

  3. wrecker47 dit :

    Il faut laisser les militaires outre-mer faire leur propre ménage chez eux …
    Les salopards sont rapidement connus , repérés et éjectés ! Les TDM ne supportent pas de tâches sur leur réputation !…
    Comme le milieu est restreint tout le monde se connaît!…Au moins de réputation !

    • Caton dit :

      Sauf que c’est arrivé il y a deux ans et que c’est le nouveau chef de corps qui a levé le lièvre récemment. Les faits étaient connus mais on les avait soigneusement enterré a priori… Attendons d’avoir plus de détails.

      • wrecker47 dit :

        @Caton …Juste le temps de « savoir » et de » cerner l’affaire » ,coté consignes ,çà devait être en annexe !

  4. Duc d'Orléans dit :

    J’aimerai bien lire le dossier de l’affaire pour savoir de quoi il retourne. N’oublions pas qu’en Cote d’Ivoire quand on avait liquidé sommairement un coupeur de route sanguinaire, les villageois en apprenant la nouvelle avaient fait part de leur joie après avoir subi tant d’exactions de son fait. D’ailleurs, la justice française par des condamnations mesurées avait compris le contexte.

    • LLH dit :

      C’est exactement le genre de choses à ne pas faire. Au pire, au moment où il est intercepté les armes à la main et pendant le moment où il est légitime de faire feu, il faut tirer pour tuer. S’il est pris vivant, tant pis il faut le ramener vivant…. ou voir sa carrière finir en cour d’assises.

      • Nat dit :

        Ils n’avaient pas tiré ils lui avaient collé un sac sur la tête et il est mort d’étouffement

      • ruffa dit :

        C’est exactement la philosophie du GIGN qui veut toujours neutraliser et négocier avec les forcenés avant de passer à l’action

    • Arsène dit :

      Oui, la « victime » avait gagné une certaine notoriété pour ses hauts faits d’armes, comme l’éventration d’une femme enceinte. Il avait aussi des relations dans les administrations « compétentes » qui lui permettaient d’être quasi intouchable, et d’être ainsi libéré illico à chaque fois qu’il était capturé.

    • Pathfinder dit :

      @Duc d’Orléans
      En effet, ceertains jugent une situation pour le moins exceptionnelle avec des yeux de gratte-papier… nous que je veuille encourager la torture, mais s’il est exigé de la troupe qu’elle suive les réglements, que les « réglementeurs » suivent, eux, la troupe sur le terrain!
      .
      Je n’ai toujours pas avalé la couleuvre du légionnaire viré pour un foulard à tête de mort. Les gars partent au combat, ce n’est pas un concours de château de sables.
      Les **!* qui gouvernent depuis leur salons parisiens effectuent un travail de sape jamais vu, et ces taupes ont les dents longues (…)

      • Anthony dit :

        les réglementeurs ont été chefs sur le terrain un jour…

        • dompal dit :

          …oui, mais ils ont la mémoire courte!!!

        • Vroom dit :

          Tellement lointain ce jour qu’ils ont oublié , et que la politique a pris le pas sur leurs décisions.

      • Pathfinder dit :

        @Anthony
        Je ne suis malheureusement pas sûr que les « réglementeurs » ayant été chefs sur le terrain soient en majorité : / Ce constat se vérifie autant dans les forces armées, ou de police, que dans le privé…
        Pour ma part, quels que soient les domaines, je réclame seulement qu’ils aillent régulièrement sur le terrain. Pas que leurs fonctions aient été chef-machin.

        • Anthony dit :

          Non, c’est faux: à la différence de la police, ou des pompiers, ou du privé, où il n’est pas nécessaire d’avoir été officier de police pour passer le concours de commissaire, les armées n’ont pas renoncé au principe de la carrière: on ne peut être chef de corps sans avoir été LTN, CNE, et avoir conduit un temps de troupe en tant qu’officier supérieur. Le nombre de généraux étant ce qu’il est, les généraux n’ayant pas commandé de régiment sont rares. Mais qu’on ait été ou non LTN, rien ne justifie de couvrir une torture aussi inutile que gratuite.

    • aleksandar dit :

      Il n’y a aucun  » contexte » qui autorise un militaire à tuer quelqu’un de sang froid et à sa propre initiative.
      Et heureusement , sinon, c’est la porte ouverte à n’importe quoi.

  5. Pat dit :

    Le ministère de la Défense a confirmé », mais je ne vois rien sur le site du mindef… Merci donc à Zone Militaire de nous informer, mais ce serait bien que le ministère de la défense mette en oeuvre un site comparable en matière d’information (même si je suis ravi d’avoir appris du coup la performance de nos dames en championnat de foot….. )
    Par ailleurs, le titre oriente immédiatement sur des sévices de nature sexuelle (ce qui, on le lit plus loin, n’est pas le cas!). Bref, on ne sait pas trop de quoi on parle, alors évitons d’en parler tant qu’on en sait pas plus.

    • Zayus dit :

      @Pat:
      .
      La notion de « nature sexuelle » fait écho aux nombreuses accusations de viols et détournements de mineurs dont furent accusés les militaires français de Sangaris en RCA.

    • Caton dit :

      Une enquête étant en cours, j’imagine qu’il n’y aura pas beaucoup de détails officiels de publiés tant qu’un procureur ne se sera pas exprimé sur le sujet.

    • Vroom dit :

      Le titre n’oriente rien du tout , il est fait mention de sévices physiques et non sexuels , non plus de viol.

  6. nico dit :

    Que s’est t’il passé à ce poste kilométrique ? Réellement. Qui étaient ces 2 centreafricains, des personnes langda, ou des truands notoires?

  7. Thaurac dit :

    il y a une référence au monsieur qui s’était étouffé avec un sac plastique, 😉

    • Robert dit :

      Qu’on lui a prestement mis sur la tête, pour être juste. Votre propos pourrait laisser entendre qu’il était assez bête pour s’étouffer lui-même avec u sac plastique.

      • Eagle 4 dit :

        @ Robert,
        .
        Il faisait une crise de tétanie ,donc ils lui ont mit un sac sur la tête pour synthétiser du calcium.
        .
        Pas de quoi fouetter un chat…
        .
        @+
        .

        • Robert dit :

          Eagle,
          Ah, c’était une équipe médicale volante ?
          Vu leur résultat, dites-nous leur nom que j’évite de tomber entre leurs mains.
          Si je peux choisir, je préfère mourir en bonne santé !

          • Eagle 4 dit :

            @ Robert,
            .
            « Ah, c’était une équipe médicale volante ? »
            .
            Oui des Auxans.
            .
            « Vu leur résultat, dites-nous leur nom que j’évite de tomber entre leurs mains. »
            .
            Massage Tap-Tap (Thaïe) ou à la méthode de chez nous? 😉
            .
            L’émir disait « Court, va m’acheter une clinique »
            .
            @+ 😉

          • Eagle 4 dit :

            Oops, Auxsans.
            @+

      • Vroom dit :

        Il a déjà été assez bête pour commettre des exactions , puis de se faire prendre. Aucune compassion.

  8. Albatros24 dit :

    Le titre de cet article tranche avec celui du dessus….
    On aimerait avoir plus de détail et surtout quid des accusations de viols en Afrique ?
    Comme on dit : « Persiflez médisez…il en restera toujours quelque chose »

    • Albatros24 dit :

      Je ne parle pas de ce site bien sûr.
      Bravo pour celui ci intéressant et très souvent mis à jour d ailleurs

  9. aleksandar dit :

    Le problème de cet article est dans la première phrase  » commettre ou laisser commettre « .
    Si il sont les responsables de ces actes, la procédure me semble justifiée.
    S’ils ont laissé commettre ces actes par des civils ou des membres de forces de l’ordre locales alors le problème est différent car la consigne que nous avions était de ne pas interférer.

    • Anthony dit :

      je doute que quelqu’un ait donné cette consigne… ou alors il y a eu un gros pb de transmission…
      les ordres étaient de faire cesser les exactions, il était autorisé d’intervenir, et ça a été fait à de très nombreuses reprises…. Il n’était par contre pas demandé de rendre justice.

    • Vroom dit :

      Je pense plutôt à des soldats qui ont « commis » et d’autres qui ont « laissé commettre » sans chercher à arrêter ceux qui « commettaient » !

  10. Pierro dit :

    J’ai l’impression que le problème c’est qu’on n’envoie plus les militaires pour faire la « guerre » (c’est devenu un gros mot) et donc détruire l’ennemi, mais pour faire la police. Et on leur applique des normes de justice de temps de paix, déjà inefficaces chez nous, dans des pays plongés dans le chao.

    Et si on arrêtait les conneries ?

    • Anthony dit :

      et arrêter les conneries, vous voyez ça comment? on trucide ceux dont la tête nous revient pas? les militaires ont été envoyés pour une mission, aux modalités sans doutes délicates, voire tordues. Mais de là à s’ériger en justicier, ou à appliquer leur propre loi…
      Le bilan de SAngaris est bon. Même si il a fallu avaler de belles couleuvres…

    • PE dit :

      Hélas vous avez raison… C’est parce qu’on est pas vraiment en guerre vu d’ici!

    • Pathfinder dit :

      @Pierro
      Vous l’avez mieux dit que mon propre commentaire posté plus haut… dans tous les cas de figure, les fonctionnaires (militaires et policiers) son employés comme des pare-chocs « kleenex »: si ils résolvent le problème en cours, tant mieux… à la prochaine. En cas d’échec ou de bavure, ils sont jetés — et sans parachute doré.
      .
      Quels que soient les réglements en vigueur, il faut aussi jeter un oeil sur les conditions dans lesquelles ils servent. Comme on dit si bien de l’autre côté de l’Océan: « If the situation changes, change the situation » (!)

  11. phil dit :

    rappelez vous le documentaire au 1° RHP , une simple gifle pour punir un gars qui était bourré et le chef de section s’est fait détruire par la hiérarchie ! hiérarchie qui , lorsqu’elle est originaire de St Cyr ne se gène pas pour faire bien pire en école mais c’est une autre histoire ! Donc les soldats en Centraf ont probablement chopé de belles ordures et ont certainement fait quelques petites choses , mais au combat avec le stress l’adrénaline etc … on ne peut pas comparer avec une analyse à froid assis tranquillement derrière un bureau !

  12. 1812 dit :

    On ferait mieux de les poursuivre parce que cela s’est su, histoire d’effaroucher un peu plus encore les vierges effarouchées.