Le Koweït a officiellement commandé 28 avions Eurofighter auprès de Finmeccanica

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

37 contributions

  1. Jolindien dit :

    Belle vente. J’ignorais par contre que le captor en aesa était déjà disponible. Quand sont prévues les 1ere livraisons?

    • Nenel dit :

      Le captor AESA n’est pas encore disponible. Au mieux 2018. Cela devrait tomber dans le même timing que les premières livraisons.

    • Maotchao dit :

      L’eurofighter est un bon avion et si la quasi totalité des pays initiaux se retrouvent avec des appareils inadaptés aux besoins, la dernière version est très correcte.

      • James dit :

        Correct mais à quel prix!

      • Alpha dit :

        @Maotchao
        Correction si vous le permettez : Le Typhoon est un très bon intercepteur, « bon avion » étant un peu trop généraliste, l’appareil présentant d’ailleurs quelques faiblesses … Et pour ce qui est de la dernière version, soit la Tranche 3 qui devrait voir l’appareil être pleinement apte à l’attaque au sol, il faut attendre un peu pour pouvoir juger … 😉

    • Alpha dit :

      Justement…Le Captor E-Scan AESA est toujours en développement … Il ne sera disponible qu’avec la Tranche 3 du Typhoon, soit en 2018 . La tranche 2 pourra aussi être « rétrofitée » avec ce radar …
      De fait, les livraisons au Koweït ne devraient débuter qu’après 2018 …

    • Alsako dit :

      @Jolindien
      Le radar a été présenté en juillet 2014, ils disent livraisons prévu pour la prochaine tranche 3A sans précision de date, mais en mars 2014 est sorti le premier avion de la tranche 3. Un programme d’intégration est prévu pour la tranche 2. (Wikipedia)
      Un p’tit truc, ce radar Captor E Scan est fixé sur un plateau mobile voir ici http://hushkit.net/2015/06/06/the-eye-of-the-storm-captor-e-interview/
      Ils avancent de ce fait une détection de 200° comparé aux 120° du RBE2 AESA et autre APG, et affichent cela comme étant une supériorité, dans le dernier paragraphe. Hummm!
      Je pense, vu que l’Eurofighter est un chasseur « pur » en Air/Air il ne peut pas de ce fait faire du suivi de terrain comme le Rafale en étant omnirôle et traiter plusieurs choses à la fois a cause de ce plateau. Le Koweit a donc fait le choix d’un chasseur il me semble.
      Nous savons qu’il y a d’autres capteurs qui fusionnent leurs données, il y a du pour et du contre dans chaque formule mais faire croire que cela est déterminant je crois que cela ce discute, avis au spécialistes.

    • Nico St-Jean dit :

      @ Jolindien

      Le Captor AESA est censé entré en service avec les typhoons tranches 3. Les tranches 2 en serons aussi équipé.

    • Jolindien dit :

      Merci pour les précisions. Je pense effectivement que le Typhoon avec aesa (avec rotation mécanique en plus de l’antenne, à voir) sera un intercepteur ou même un avion de supériorité aérienne redoutable.

  2. mustard dit :

    Je croyais que c’était Airbus qui gérait les ventres du Typhoon !!!!
    Chaque pays membre du consortium peut de son côté négocier des contrats ?

    • Bismarck dit :

      Si c’est le cas, ça fera une bonne force de lobbying pour le Typhoon, comparable à ce que les américains peuvent déployer pour vendre leurs matériels…

    • wagdoox dit :

      Non les contrats d’état à état indique qu’il faut un état partenaire. Généralement, les partenaires européen se mettent d’accord ou alors c’est le client qui s’adresse directement à un état.
      C’est pareil dans le domaine civile, quand la france vend des airbus.

    • Alpha dit :

      Les 4 pays participant au programme possèdent une usine de construction du Typhoon . Chaque partenaire développe l’avion qui correspond à ses besoins . A charge pour chacun d’eux, aussi, de faire fonctionner cette usine en l’alimentant de contrats … Airbus touchera la majeure partie du prix de vente des appareils, les constructeurs touchant des bonus et faisant fonctionner leur usine. Le revers de la médaille, c’est que construire sur 4 sites différents à un coût, car l’absence de production de masse multiplie le coût de production… ce qui explique en partie le prix élevé du Typhoon .

    • Paxwax dit :

      Non non, le consortium Eurofighter est constitué de Airbus Military en Allemagne et en Espagne, Finmeccanica en Italie et BAE Systems au Royaume-Uni. Selon le pays qui a réussi le deal, c’est donc l’une ou l’autre de ces sociétés qui gère le contrat.

      Par ailleurs, les entreprises du consortium se sont mises d’accord pour partager les clients: en gros, Finmeccanica et le BAE Systems assurent le marketing au Moyen-Orient, Airbus Military est en charge de l’Inde, l’Amérique Latine et la Corée du Sud.

      • Zayus dit :

        En plus des allemands, les britanniques participent aussi au marketing de l’Eurofighter Typhoon en Inde.

    • Eric dit :

      Il me semble que chaque pays est lié à une ou plusieurs régions pour laquelle ou lesquelles le pays se charge de vendre l’EF. Par exemple (à titre purement illustratif) l’Espagne se charge de l’Amérique latine, le GB se charge de l’Inde, l’Allemagne se charge de l’Afrique etc.

    • Specht dit :

      Eurofighter étant un consortium, chaque pays membre fabricant peut répondre à des appels d’offre. L’Italien Alenia Aeronautica (Finmeccanica) est l’un des fabricants du Typhoon, tout comme BAE Systems chez les Britanniques.

  3. MP3 dit :

    C’est moins bien que si ça avait été une vente de Rafale, mais c’est quand même mieux que si ça avait été une vente de chasseur américain.
    Il reste aux Européens à poursuivre leurs efforts en Asie. En commençant par le Rafale en Inde notamment.

  4. lym dit :

    Ils doivent tenir à conserver de la concurrence sur les avions de combat en Europe, car le bruit courait que les saoudiens n’étaient pas très satisfaits du choix de ce résultat d’un mille feuille industriel et politique. Mais le radar y était peut-être pour beaucoup.

  5. ERYX dit :

    Bonne nouvelle pour l’industrie aéronautique Européenne ! Même si j’aurai préféré que se soit notre rafale qui soit vendu. Mais cela prouve également que les américains perdent du terrain sur certains marchés.

  6. r2d2 dit :

    @mustard: chaque pays du consortium peut/doit vendre le typhoon si il est le mieux placé dans les relations diplomatiques avec un pays acheteur. Cf. les ventes faites par la GB…

  7. nico76 dit :

    Je croyais que c’était le groupe Airbus qui gérait la vente et non pas seulement un pays qui gère la vente, cela veut que chaque pays du consortium peut vendre de son coté l’Eurofighter.
    Assez bizarre, ce cavalier seul de l’Italie,

  8. Sto dit :

    L’AESA est disponible à la vente… pas encore dans les avions.

  9. Sto dit :

    Le Captor-E est attendu sur les avions en unité en 2020 (sauf retard pendant le développement)

  10. Wrecker47 dit :

    Il eut été préférable qu’on leur vende nos Rafales …

  11. Berkut dit :

    J’entends déjà les esprits chagrins qui vont baver sur le Typhoon ne faisant « que » de l’air-air ou presque (normal c’est son cahier des charges à l’origine), ne dispose pas d’une bonne intégration L16 (inexportable en dehors de l’OTAN de toutes façons), par rapport à notre vache sacrée nationale qui sait tout faire (comme un couteau Suisse…). Mais considérez ceci : si la chaîne de production s’arrête, non seulement une bonne partie des pays hors consortium vont se retrouver avec du F-15/16/18 quand ce n’est pas déjà fait, mais comme les pays DU consortium n’achèteront jamais du Rafale, ils investiront davantage encore (à perte) dans le JSF. Tout argent qui ne va pas dans la poche de l’oncle sam ou de l’oncle pout’ est de l’argent qui risque au moins d’aller en Europe, à la R&D notamment, et le maintien d’une chaîne d’avions européens – une fois que les britannique et italiens principalement auront vu à quel point ils se sont faits rouler avec le F-35 – auront au moins une possibilité de compensation d’attrition et un programme qui continue à vivre et peut-être amélioré. Une fois que toute l’industrie aéronautique européenne (sauf Dassault) aura été poussé dans les bras de l’araignée mortelle JSF, il n’y aura plus de coopération parce qu’il n’y aura plus de coopérants du tout. La France sera alors seule, incapable de se payer, post-Rafale, autre chose qu’un avion sur étagère, et cet avion ce sera justement le JSF.

    Dans la situation actuelle, export ou pas, la vente d’un chasseur européen (Typhoon, Grippen) face à un chasseur américain ou russe EST une bonne nouvelle. S’en offusquer contribue juste un peu plus à ce jeu de massacre qui n’a que trop duré.

    • Popov troll payé dit :

      Faux, la liaison L16 est exportable, l’Arabie Saoudite l’a déjà sur ses F-15, pareil pour le Maroc et ses F-16 et ça sera le cas de l’Égypte et ses F-16 et Rafales, source: DSI

    • fabien dit :

      hélas, les intérêts français et anglais vont rarement de pair. Et comme l’avais souligné MArcel Dassault à l’époque: « construire un avion avec les anglais coûte cher et atteint rarement les résultats escomptés ». Et l’histoire lui a donné raison.
      Mais le présent, c’est aussi la coopération, celle des nations mais aussi le regroupement des industriels. Snecma est devenu Safran, un poids lourd de la motorisation et Rolls Royce à annoncé une alliance sur le M88… L’annonce est tombée en même temps que le P.D.G. de Safran annonçait vouloir gonfler le même moteur… pour donner plus de punch à notre merveille nationale dont la vitesse de pointe reste le point faible.
      Alors certes, la guerre des faux frères n’est pas prête de s’arrêter mais que serait l’innovation sans la compétition?
      Quand au futur de l’aéronautique européenne, je reste confiant: le rafale a bataillé dur pour trouver ses clients, qui sont finalement les fidèles de la marque au trèfle, et il prouve une bonne fois pour toute que la diversité ne nuit pas nécessairement à la performance… -à condition de ne pas imposer la furtivité comme une condition prioritaire-. C’est une révolution dans le domaine aérien, surtout que les systèmes d’armes sont amenés à évoluer plus vite que les plate-forme de lancement. Ces dernières connaîtrons un maintien en service que j’entrevois fort long: je parie que même si je meurs de vieillesse dans 50 ans, il y aura encore des Rafales dans le ciel français, ou un proche descendant (étendard/super étendard, alors pourquoi pas un super rafale?). Les européens feront aussi le même choix: conserver un appareil certes spécialisé, mais dont le développement est un moteur technologique irremplaçable.

      Et je suis certain qu’au gré des fusions d’entreprise, le ciel européen continuera longtemps d’être défendu par des appareil de chez nous.

      • Alpha dit :

        @ fabien
        Pourquoi pas un « Super Rafale » ? Justement, l’idée fait déjà son chemin …

  12. Chasseur dit :

    Le Typhoon et le Rafale, qui devaient au départ être le même avion commun, sont en fait le fruit de différences entre les doctrines des états-majors. Les industriels n’ont fait que s’adapter à la contrainte. La France voulait un avion capable de remplacer ses 7 avions différents, et donc forcément omnirôle, puisqu’il devait faire à la fois de la supériorité aérienne (M2000), de l’appui feu tactique (Jaguar) et même du naval (Super Etendard). Les autres pays européens, moins engagés que la France dans des OPEX notamment en Afrique, voulaient majoritairement de la supériorité aérienne. L’avenir dira quelle est la formule la plus efficiente, entre un avion couteau suisse unique comme le Rafale, ou plusieurs avions différents spécialisés comme les autres pays européens (quoique, pour l’appui feu tactique, l’Europe n’a plus grand chose, les Tornados arrivent en bout de course). Et le Typhoon étant produit dans chaque pays du consortium (diktat des politiques : préserver l’emploi national…), les coûts de production du Typhoon sont plus élevés. Mais cela permet à chaque pays de mener une négociation au nom du consortium, puisque chacun possède ses propres moyens de production.

  13. Chasseur dit :

    Pour compléter, tant que l’Europe des Etats-majors ne mettra pas sur pied une véritable doctrine européenne commune d’équipement (un chasseur omnirôle ? ou bien 3 appareils différents : supériorité aérienne + CAS + chasseur embarqué naval ?), on restera à la merci des programmes US type JSF. Et c’est bien dans les Etats-majors que ça doit mieux réfléchir, pas chez les industriels.

  14. Romulus dit :

    Il faut reconnaître qu’ils sont vraiment malins les bédouins. J’ai l’impression qu’ils se répartissent leurs commandes auprès de tous les fournisseurs occidentaux, le Quatar et les émirats plutôt Dassault, Oman, l’AS et le Koweit, le Typhoon et les avions US. L’avantage, en cas de crise avec l’occident, c’est de diminuer le risque d’avoir un embargo total sur l’ensemble de la région. Et puis aussi, ils ont bien compris que la disparition d’un fournisseur réduirait leurs marges de manœuvre au niveau des négociations (sur les prix ou sur le niveau de technologie livrable…).

  15. Thaurac dit :

    Mine de rien , ils sont de bons exportateurs les italiens, et ils ont surtout , ils se sont impliquées dans les bons contrats de coopération
    CA attendu de Finmeccanica 2017 : environ 13 milliards d’euros et depuis trois ans ils tournent entre 12 et 13, c’est du costaud!

  16. ji_louis dit :

    Ce qui fait marcher l’export militaire européen au Moyen Orient, c’est surtout la méfiance envers la politique de Barak Obama, et ce sera pareil avec Donald Trump. Par contre, si c’est Hillary Clinton, les américains peuvent revenir dans la course…

    • Thaurac dit :

      Hillary Clinton c’est flamby en jupon, elle mangera dans la main de l’iran,qui ne se privera pas de traiter quand même les usa de satan!
      Faut pas s’attendre à ce que les usa retrouve leur leadership avec elle,ce sra la politique socaile des atermoiements, de la victimisation, de la repentance, bref, comme la notre!
      Il faudra qu’elle évite Dallas elle aussi.

      • Eric38 dit :

        Bien au contraire mon cher Thaurac…
        Derrière son apparence affichée de femme cool et souriante candidate du cool parti démocrate tralala et big bisous for everyone, en matière de politiques étrangère comme de sécurité nationale Hillary Clinton est largement davantage un faucon déterminé qu’une naïve colombe!
        Mais, et cela est une qualité sur la scène internationale, elle a le don de main de fer dans un gant de velours comme le talent de dissimuler dans son dos sa batte de baseball tout en vous tendant la main, chaleureuse et souriante. 😉