L’armée russe va déployer des missiles anti-navires et des drones sur les îles Kouriles

kouriles-20151202

Depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, la question des îles Kouriles envenime la relation entre Moscou et Tokyo. Annexées par Staline en 1945, cet archipel avait été cédé un siècle plus tôt par la Russie au Japon lors de la signature du traité de Shimoda.

Pour Moscou, il est absolument hors de question de négocier ces territoires étant donné leur importance stratégique (ils verrouille l’accès à la mer d’Okhotsk pour la flotte russe du Pacifique) et les ressources qu’ils recèlent (poissons, soufre et minéraux polymétalliques). Pour autant, Tokyo n’a pas abandonné de trouver un accord à leur sujet avec la partie russe.

Mais les autorités japonaises risquent d’attendre encore longtemps. En décembre dernier, le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, avait annoncé la construction prochaine, sur cet archipel, de deux bases pour y installer des « forces en état d’alerte » et accueillir les familles des militaires qui y seront affectés.

Et, ce 25 mars, le ministre russe a fait de nouvelles annonces. « Nous déploierons là-bas dans le courant de l’année des systèmes de défense côtiers Ball et Bastion et des drones de nouvelle génération Aileron-3″, a-t-il affirmé

Selon les données disponibles, le système de défense côtier mobile « Ball », mis en service en 2011 par la flotte de la mer Caspienne, est en mesure de détruire des cibles à une distance de 120 km, quelles que soient les conditions. Il est doté de missiles Kh-35 Uran (SS-N-25 « Switchblade »)

Le système de défense « Bastion », plus ancien, utilise des missiles P-800 Oniks (SS-N-26 Yakhont) d’une portée pouvant atteindre les 300 km et fonctionne avec un radar Monolit B, capable de suivre une cinquantaine de cible entre 250 et 450 km selon le mode choisi (actif ou passif).

Enfin, le drone Aileron-3 est un appareil léger de reconnaissance ayant un rayon d’action de 5 à 20 kilomètres.

Par ailleurs, toujours au sujet des Kouriles, M. Choïgou a également évoqué la possible construction d’une base navale pour les besoins de la Flotte du Pacifique, qui compte déjà celles de Vladivostok et de Vilioutchinsk dans le Kamtchatka.

« En avril, les marins de la flotte du Pacifique se rendront pour une expédition de trois mois sur les îles Kouriles. Leur mission principale sera d’étudier la possibilité d’y créer une base », a affirmé le ministre russe. « Nous accordons une attention particulière au développement de nos infrastructures militaires sur les îles Kouriles et dans l’Arctique », a-t-il insisté.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].

Contributions

  1. de Elmin

  2. de Thaurac