Périgueux rend hommage au capitaine Thomas Gauvin, mort pour la France en Afghanistan

Le 13 juillet 2011, alors qu’il participait à une mission de sécurisation d’une réunion de notables afghans dans le district de Tagab, le lieutenant Thomas Gauvin, 27 ans, du 1er Régiment de Chasseurs Parachutistes (RCP) tombait au champ d’honneur avec quatre de ses camarades du GTIA Raptor, son détachement ayant été la cible d’un attentat suicide.

Saint-cyrien, major de sa promotion, classé second à sa sortie de l’École d’Application de l’Infanterie et premier à un stage du Groupement commando parachutiste (GCP), ce jeune officier, promu capitaine à titre posthume, pouvait espérer une très belle carrière, d’autant plus qu’il était décrit comme étant un homme droit et intègre, doté « d’une grande maturité » et « d’une rigueur intellectuelle rare », qualité qui firent de lui « un chef au combat de grande classe » selon sa hiérarchie. Mais Le sort en aura décidé autrement.

Près de cinq ans après sa mort, la ville de Périgueux lui a rendu un émouvant hommage en donnant son nom à un rond-point, situé au croisement entre les boulevards Lakanal et Bertran de Born, lors d’une cérémonie organisée le 11 mars, en présence d’Anaïs, l’épouse du jeune officier, d’une délégation de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr Coëtquidan et d’un détachement du 1er RCP.

Bien que natif du Calvados, le capitaine Gaudin passa toute sa jeunesse près de Périgueux, où sa famille s’était installée. Il fréquenta le lycée de Saint-Yriex-la-Perche (87), ville où il pratiqua le cyclisme. En 2013, les membres du Vélo Club Arédien donnèrent son nom leur école de cyclisme afin de saluer son « courage » et son « dévouement ».

C’est moins « la Ville de Périgueux qui honore Thomas Gauvin que Thomas Gauvin qui honore la Ville de Périgueux », a déclaré Antoine Audi, le maire de la cité périgoudirne. Avec cette cérémonie, ce dernier a précisé qu’il s’agissait aussi d’honorer « tous les combattants qui loin de chez eux luttent contre le terrorisme et l’obscurantisme ».

« Je suis très touchée, j’espère que les personnes qui prendront ce rond point auront une pensée pour Thomas et essaieront d’imaginer ce que peuvent vivre les militaires », c’est à dire « une vie de sacrifices, que les gens connaissent peu », a témoigné Anaïs Gauvin, la veuve du jeune officier, dont les propos ont été rapportés par France Bleu.

9 commentaires sur “Périgueux rend hommage au capitaine Thomas Gauvin, mort pour la France en Afghanistan”

  1. Bien loin de notre boboïtude parisiano-centrée, aussi suffisante qu’insuffisante, et qui ne sait toujours pas où elle positionnera un monument aux morts d’Afghanistan, on ne pourra que relever que le bon sens français se trouve dans nos provinces. Les maires y font graver sur les monuments les noms de « leurs » morts des opérations actuelles, rebaptisent des stades, nomment des ronds-points. Merci à eux. Ils portent beaucoup plus dignement leur écharpe tricolore que nos petits ministreux la cocarde tricolore, qui leur sert juste à remonter par les files de bus…

  2. Sachons être reconnaissant qu’il reste encore des hommes et femmes pour défendre nos libertés au prix ultime.
    Merci et reposez en paix.

  3. Une pensée pour ce parachutiste comme tant d’autres tombés dans l’exercice du devoir dans des conditions qui auraient mérité à l’époque d’être approfondies .
    Ceux qui ont servi en Afghanistan se souviennent de cette frénésie qu’avait certains hauts gradés d’organiser ici ou là des chouras , juste histoire de se mettre en scène en présence des journalistes de France 2 dont certains furent kidnappés par des talibans .
    Ces réunions traditionnelles dans les villages de notables afghans ne faisaient en fait que mettre tout le monde en danger .
    L’intérêt opérationnel étant nul , certains de nos « stratèges » s’imaginaient qu’en distribuant des bonbons aux enfants , ils gagneraient peut-être les cœurs à défaut de gagner la guerre .

  4. Bravo au maire de Périgueux dont je ne connais pas l’étiquette politique dont je me f.. éperdument d’ailleurs ! Pendant ce temps les ministres de notre belle république attribuent la Légion d’honneur à des « humoristes » foireux qui nous ont craché dessus pendant des années.

  5. Il mérite bien ça:Pour l’avoir cotoyé lors du 121 ème stage chuteur opérationnel à l’ETAP c’était un parachutiste discret, humble mais néanmoins très performant, les chasseurs parachutistes ont perdu un grand chef, la France a perdu un de ses fils les plus brillants : Tous doivent être fiers de lui.

Les commentaires sont fermés.