Chammal : Le cap des 500 jours d’opérations a été franchi par la base aérienne projetée en Jordanie

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

4 contributions

  1. MP3 dit :

    Bel outil la BAP, indispensable en complément du porte-avions et des bases prépositionnées.

  2. golf dit :

    Tout ceci est une fiction.Imaginons un instant la Base aérienne projetable implantée à Rayak (Liban) au lieu et place des La BA 104 Nicolas Sarkozy des émirats et de la BAP Jordanienne. Les avions immédiatement sur Zone.Damas à 5′, Homs, Alep à 20′. Dans l’absolu les ravitaillements inutiles.Le sauvetage de combat certes à gros risques cependant réalisable.Mis à part la relève d u dispositif aéronaval américain pourquoi le CdG n’a pas fait décoller ses avions de la méditerranée au lieu de s’enfermer dans le golfe Persique ?

    • WSO dit :

      Peut être parce que daesh n’est pas à l’ouest de la Syrie mais dans l’est et en Irak. Peut-être parce que la défense aérienne syrienne est concentrée sur la façade méditerranéenne. Peut-être parce contrairement à Rayak la base aérienne projetée en Jordanie est vraiment bien située, n’est pas à moitié abandonnée et bénéficie d’une situation sécuritaire maîtrisée

  3. golf dit :

    Lorsque que je constate les difficultés de ravitaillement (air, maritime), l’isolement de la BAP Jordanienne me semble contre-productive. Le ratio coût-efficacité n’est pas très favorable, admettez que l’activité opérationnelle n’est pas optimale.
    En effet Rayak serait harcelée, voire pilonnée en permanence. Quant à l’éloignement des zones de combat permettez-moi d’être dubitatif.