Feu vert à une commission d’enquête sur les « moyens mis par l’État pour lutter contre le terrorisme »

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

22 contributions

  1. Pathfinder dit :

    Sans vouloir pousser à l’Union Républicaine, qui sent le parti unique à plein nez, je trouve gonflé de la par de l’opposition de vouloir fouiner dans les tiroirs: « Baisse des effectifs, rapprochement, voire fusion de services, (…) ». Ils s’y sont tout autant adonnés!
    .
    Mais peut-être s’agit-il simplement de comparer les performances? : )
    .
    Les services semblent en effet avoir besoin d’une certaine remise en question – notamment dans la coopération au sein du pays, et avec les pays européens. Mais le plus urgent serait que ces même politiques (au pouvoir, frondeurs, opposeurs et oppsossums confondus) arrêtent de s’ingérer dans la gestion de ces mêmes services. Qu’ils arrêtent également de mépriser ceux qui servent la France: « People sleep peaceably in their beds at night only because rough men stand ready to do violence on their behalf » .. auteur?
    .
    Et après avoir arrêter tout ca, qu’ils commencent à réfléchir, et à voir où résident leurs propres intérêts de gros navets. Certainement pas à ce qu’un pays clef de l’Europe sombre dans une « balkanisation », plus éparse encore que ne le furent les Balkans.
    Le moral n’est pas au beau fixe, et les moyens sont réduits… faut-il continuer à en gaspiller pour voir jusqu’où il a été possible d’aller?

    • Chidanlo dit :

      Bien vu, pour les Balkans. Cela fait de nombreuses années que je pense que la France sera la deuxième Yougoslavie !

  2. auxsan dit :

    encore de l’argent publics gaspillé pour une énième commission donc les conclusions sont déjà connu… par ceux qui bossent vraiment. quelle perte de temps …..!!!

    • Eric38 dit :

      Il n’y a pas de surcoût particulier il me semble, car il s’agit d’un travail parlementaire habituel avec des députés déjà présent à l’Assemblée nationale.

  3. lym dit :

    Bon, au delà de la prévention, le RAID n’attendait pas une porte qui résiste dans un immeuble pourri du 9-3 et ils ont été sous le « feu nourri » d’un unique 9mm. Alors si on résume, l’avant c’est pas ça et l’après non plus. Enfin, ça dépends peut-être de qui s’en occupe: Le GIGN a Marignane, c’était un sans faute. Et les décisions au niveau politique avaient également été appropriées.
    Là, comment dire… à tous les étages cela merde et on va rester dans le mode réactif pur symbolisé par l’état d’urgence, afin d’espérer faire illusion (et ensuite faire taire ceux qui osent encore penser, à la Pharon-Sissi?) encore un peu.

    • tintouin dit :

      Et quand on s’intéresse au déroulement de l’assaut de l’Hyper Casher, on découvre que la 1ere colonne d’assaut (BRI),qui devait pénétrer par l’entrée de service, s’est trouvée bloquée bêtement par quelques palettes mises là par un employé otage, à la demande de Coulibaly. La 2ème colonne (RAID)a donc pris le relais par l’entrée client, sans bénéficier de l’effet de surprise.

      Je n’y étais pas, n’y connais rien, et ne doute pas de la difficulté de la mission. Cependant ,une comparaison des interventions du RAID avec celles du GIGN sur des dernières années (et même à Marignane il y a 20 ans) est cruelle pour le RAID.

  4. datamo dit :

    Je souhaite apporter ma contribution aux travaux de la commission 🙂
    Comment se fait il que le secret défense ait été opposé aux juges d’instruction qui instruit l’affaire concernant l’origine des armes de Coulibaly ?
    http://www.lavoixdunord.fr/region/affaire-claude-hermant-le-secret-defense-qui-ajoute-au-trouble-ia19b0n3066814
    Comment peut on en arriver à une telle aberration.

    • Eliot Mess dit :

      Coulibany avait une connaissance, un fonctionnaire qui s’occupait de social disons, et ben ce type connaissait lui l’ambassadeur américain?! Que le monde est petit parfois….

  5. datamo dit :

    dsl: instruisent

  6. batgames dit :

    la politique de Hollande et de fabius se recoupent sur l’étranger comme sur l’intérieur ,une brochette de bons à rien gnagnan dépassé qui s’appréter sans ces attentats à torpillé les éffectifs de l’armée danzs la continuité de ce que faisait Sarko ..
    pour une raison simple ..sarko nous faisant rentrer dans l’otan ,on est à la botte des décisions des pros américains et donc la France ne doit plus être forte et surtout pas capable d’agir extérieurement pour affaiblir notre droit de veto à l’ONU ..en clair tous ces vendus nous détricotte tout ce pourquoi DE GAULE s’était battu pour l’avoir …
    tous ces pourris se réclammant de DE GAULE par contre au commémo de 39/45 bien sur …
    pire Fabius est nul
    voici ce que disent :
    La conférence sur la transition politique en Syrie et les « négociations intersyriennes » illustrent la situation dans laquelle se trouve la diplomatie française, collant à l’opposition « modérée » et ne souhaitant surtout pas entrer en contradiction avec l’Arabie saoudite. En décembre, Riyad, la capitale du royaume saoudien, avait accueilli une conférence de l’opposition syrienne. Il est sorti, explique-t-on à Paris, « le plus large éventail représentatif » des groupes politiques et militaires hostiles au régime. Tous se sont accordés sur le projet d’une Syrie « démocratique, laïque, respectueuse de toutes les communautés », se réjouit-on au Quai d’Orsay. Si c’est sincère, ce n’est faire injure à personne que de constater que l’opposition syrienne ne s’est guère inspirée du modèle saoudien – l’hôte et en grande partie le payeur de la conférence – en matière de démocratie laïque, etc. etc.
    À Riyad, toutefois, il y avait des absents de marque : Daech évidemment, ainsi que le Front al-Nosra, la filiale syrienne d’al-Qaïda. Le groupe salafiste Ahrar as-Sham était là, mais il a ensuite « pris ses distances », indique un diplomate. En revanche, une autre organisation salafiste, Jaish al-Islam, est restée au sein de la plate-forme de l’opposition « modérée » et son chef pro-saoudien, Mohamed Allouche, devrait conduire la délégation à la conférence de Genève. Cette désignation a suscité des critiques de la part de l’opposition dite « de l’intérieur », plus modérée et souvent plus proche des positions russes.
    Beaucoup plus embêtant pour la diplomatie française est le veto mis à la présence autour de la table du PYD, le principal parti kurde de Syrie. La Turquie, ennemie historique, n’en veut évidemment pas, mais l’opposition « modérée » pas plus : elle lui reproche, non sans raison, de n’être pas vraiment opposé au régime de Bachar. Certes, concède-t-on au Quai d’Orsay, « à la fin des fins », le parti kurde pourra être « partie prenante » du règlement. Mais, pour l’heure et par souci d’ « efficacité », mieux vaut qu’il reste à l’écart pour « ne pas faire exploser l’opposition ». Le problème est que ce parti PYD est le principal allié militaire de la coalition américaine – dont la France fait partie – contre Daech. C’est, par exemple, lui qui a repris Kobané et menace aujourd’hui Raqqa. On se trouve donc avec un allié militaire capital, mais qui n’est pas fréquentable politiquement.
    Dans leur livre Le cauchemar syrien, deux auteurs français (1) très hostiles au régime de Bachar qu’ils connaissent de longue date, n’en juge pas moins la politique française en Syrie avec la plus grande sévérité : elle est, selon Ignace Dalle et Wladimir Glassman, « timorée et partiale, sans soutien et sans scénario » et se traduit par des « choix incompréhensibles ». Le dernier épisode en date ne leur donne malheureusement pas tort.

    les KURDES premiers alliés au sol contre Daesch pas invité pour pas choquer la TURQUIE ,cette même TURQUIE qui condamne deux journalistes pour avoir filmé la prise en syrie d’un véhicule des les services secrets TURQUE qui fournissait des armes à Daesch
    par l’intermédiaire de camion remplis d’obus et d’armes la TURQUIE est démasqué ,il y avait déjà le pétrole vendu sous le coude par DAESCH ,si y’a un gus à pointer du doigt c’est ERDOGAN ,c’est autant lui que Bachar qu’il faut virer du pouvoir dans ce moyen orient en feu …
    comme ces fous de dieux avait dégommer Massoud en afghanistan je vois bien un fous d’un camps dégommer ERDOGAN …
    et la paix pourra peut être se faire mais pas avant
    tant que le ERGOGAN sera au pouvoir rien ne sera possible ..
    même si les saoudiens et les Qatari ne sont pas plus fréquentables

    je le dis une bombe totale sur ce moyen orient et vive les vacances diplomatique ..
    marre de ces tarés depuis que je suis né ce moyen Orient nous bassine aux infos
    pas moyen d’être tranquille deux jours
    LOL

    • batgames dit :

      de plus en discutant avec ces pourris de salafiste ils sont entrain de cautionner leur droits d’être des interlocuteurs ,çà promet quand ces salopards exigeront des trucs de l’Etat sur le territoire Français …
      on a élu des larves et des bons à rien

    • Eric38 dit :

      A partir du moment où vous faites dans votre commentaire, et c’est votre droit, pour partie un copier-coller d’un article paru sur un autre média, il est préférable de citer la source.

  7. eric dit :

    il faudrait déjà s’occuper des service de renseignement, qui on était incapable de voir l’attentat, heureusement que les service marocains était la, sinon on aurait subit d’autre carnage.

  8. Garance dit :

    ben les politiques de la commission vont blablater, peut être même proposer, mais Bercy va s’y opposer, les hautes hiérarchies freiner, et à la base on va continuer avec la bite et l’opinel. Quoi de neuf?

  9. tschok dit :

    @ Laurent Lagneau,

    Verbatim: « il aurant été aussi également intéressant d’examiner les « moyens mis par l’État pour lutter contre le terrorisme » avant les attentats du 15 janvier  » (je présume que vous vouliez dire du 7 janvier).

    Sauf qu’il y a un hic: la veuve du policier attaché au service de protection des personnalités a porté plainte pour homicide involontaire. L’information portera donc sur des faits antérieurs au 7 janvier et concernera naturellement les moyens mis en œuvre par l’Etat pour lutter contre le terrorisme, et en l’espèce, l’absence de ces moyens.

    Voila d’ailleurs ce que disait Madame Brinsolaro à ce sujet: « J’aimerais que la question du dispositif de sécurité à Charlie Hebdo soit posée et si de mauvaises décisions ont été prises, si des erreurs ont été commises, il faut en assumer les responsabilités ».

    Son avocat, Me Stepniewski ajoutait pour sa part ceci: « Nous avons hésité entre réclamer une commission d’enquête parlementaire et déposer une plainte. Mais nous n’avions pas trop confiance dans la première solution ».

    Source:http://www.ariegenews.com/france/actualites_economie/2016/98352/charlie-hebdo-l-epouse-d-un-policier-tue-porte-plainte.html

    A mon sens, l’ouverture de cette information judiciaire interdit à la commission d’enquête d’investiguer sur des faits antérieurs au 7 janvier, la veuve du policier ayant choisi cette voie plutôt que l’enquête parlementaire. C’est la faute à Montesquieu.

    En ce qui concerne les faits postérieurs au 7 janvier, et antérieurs au 13 novembre 2015, le rapport de Monsieur Raimbourg précise que le Garde des Sceaux, interrogé, a fait savoir que le périmètre de la commission d’enquête envisagée était « susceptible de recouvrir pour partie celui de certaines enquêtes et informations judiciaires actuellement ouvertes au parquet de Paris et au pôle antiterroriste du tribunal de grande instance de Paris ». Ce rapport en conclu que la commission « devra donc veiller, tout au long de ses travaux, à ne pas faire porter ses investigations sur des questions relevant de la compétence exclusive de l’autorité judiciaire ».

    S’il y a évidemment une différence entre investiguer sur des faits de terrorisme et investiguer sur des moyens de lutte contre le terrorisme, il reste que la frontière entre les deux peut parfois être floue et donc que la commission doit naviguer avec prudence.

  10. Wrecker47 dit :

    Bref encore un comité Théodule !…

    • Eric38 dit :

      Pas d’accord!
      Ici il s’agit d’une commission d’enquête parlementaire, procédure normale en démocratie. De plus, constituée de députés déjà présents, il n’y a pas de surcoût particulier.
      .
      A distinguer donc et par contre, de la myriade de commissions et autres hauts conseils plus ou moins bidons types relations internationales et tartes aux pommes qui permets de caser aux frais du contribuables ses potes de parti, ses proches et ses obligés (à charge de renvois d’ascenseur…).
      .
      Phénomène malheureusement aujourd’hui typique d’une Vème République dévoyée baignant dans la culture du chomage de masse considéré comme une fatalité.
      .
      Dernier exemple en date: suite aux dernières élections, certains présidents de régions se sont fait élire en promettant (aux futurs battus et donc virés de l’assemblée régionale = perte d’emplois) la création d’un haut conseil territoriale, strictement inutile, pour les recaser… aux frais du contribuable bien sûr 😉 !
      .
      Donc pour la majorité des citoyens perte d’emplois = direction pôle emploi.
      Pour la nouvelle aristocratie Vème républicaine post mai 1981 c’est créations sans fin de postes (comme dans le paritarisme syndical), conseils, commissions aussi farfelues et coûteuses que peu utiles.
      .
      Si l’on peut comprendre le besoin d’une certaine souplesse dans la gestion des personnels, le phénomène a pris aujourd’hui une telle ampleur industrielle et systématique qu’il en devient plus que choquant!

  11. Hadaman dit :

    Les commissions parlementaires sont le lieu où le travail s’effectue réellement. Ceci dans toute assemblée législative élue. Donc cette commission est une bonne chose. Et, comme l’exécutif, elle sera sous pression puisque la vague d’attentat ne va pas cesser. On peut en espérer des informations intéressantes, source de progrès dans la lutte antiterroriste.

  12. Robert dit :

    Vous savez comment on reconnaît un imbécile ?
    Quoiqu’il arrive, il persiste à affirmer « je fais confiance en la justice de mon pays. »
    C’est pareil pour le personnel politique qui se coopte, se gave, se couvre et sort le parapluie.
    On ne peut rien attendre de ceux qui partagent cet état d’esprit.

    • Eliot Mess dit :

      Un jours un homme se bagarre avec un autre, il est reconnu coupable de violence et fait de la prison. Il ressort, et quelques années plus tard, il tue et découpe une jeune fille. D’après vous, est-ce que la justice à eu tord de laisser sortir ce « récidiviste », comme l’a prétendu Sarko? Attention question à 1000 points, top chrono!

  13. Ob dit :

    Dire qu’il y a des failles dans le renseignement , ce qu’on nous sert comme certain , relève au mieux d’une volonté de se rassurer , aux pires d’exploiter politiquement la situation (dont les responsabilités relèvent aussi bien de la gauche que de la droite ).
    Quelques jours avant le 13 novembre plusieurs analystes disaient que ces attentats étaient impossibles à arrêter . Après on nous met un documentaire qui met en avant la guerre entre services .
    On ne saura jamais la vérité mais rien ne prouve des failles dans le renseignent .
    C’est peut être juste une manière de gagner de la marge de manœuvre dans la « com » politique en chargeant les services de renseignement .

  14. Nihilo dit :

    @Pathfinder.

    « …, je trouve gonflé de la par de l’opposition de vouloir fouiner dans les tiroirs… » : je pense que ce n’est pas vraiment l’opposition, c’est l’opposition de l’opposition … En effet, dans les personnes à l’origine de la demande ou de l’interrogation, il y a M. LE MAIRE, qui est en campagne, qui est donc un adversaire de M. SARKOZY même s’ils sont du même parti …
    .
    Ce qui est odieux (sans parler des attentats eux-mêmes) c’est que tous ces hommes et femmes politiques n’hésitent pas à se servir des instruments et des moyens donc du temps et des finances de Notre République pour satisfaire leurs seuls intérêts personnels : M. LE MAIRE fait dépenser du temps à nos institutions avec ses interrogations sur les éventuelles failles de notre sécurité pour mettre en difficulté ses adversaires qu’ils soient de son parti ou d’autres partis, M. HOLLANDE fait aussi dépenser du temps à nos institutions avec son idée de déchéance de la nationalité pour là encore mettre en difficulté ses adversaires de son parti, etc. etc. etc. etc.
    .
    C’est un niveau au-dessus des affaires à M. CAHUZAC, de l’appartement de Mme TAUBIRA, des « difficultés fiscales » de M. THEVENOUD. Je ne vois aucun homme ni femme d’état dans tous ces gens.
    .
    Quant aux éventuelles failles de notre sécurité, M. Mohamed SIFAOUI explique que ce sont les réformes des services de renseignements voulues par M. SARKOZY qui ont permis l’émergence des actes de Mohamed MERAH …