La Chine réorganise la structure de ses forces armées

À l’occasion du défilé militaire célébrant le 70e anniversaire de la capitulation du Japon, en septembre 2014, le président chinois, Xi Jinping, avait annoncé une réforme des forces armées du pays, avec, à la clé, une réduction des effectifs militaires de 300.000 hommes. Et cela afin de gagner en efficacité mais aussi pour renforcer le contrôle du Parti communiste chinois (PCC) sur l’armée.

Ainsi, dans le cadre de cette réforme, Pékin vient de créer, à compter du 1er janvier, trois nouvelles unités, à savoir un commandement général pour la composante terrestre de l’Armée populaire de libération, une force d’appui stratégique et une « force des fusées ».

Dans le même temps, la Commission militaire centrale (CMC), présidée par Xi Jinping, prendra « prendra en charge l’administration globale de l’Armée populaire de Libération (APL), de la Police armée populaire de Chine, des milices et des réservistes ».

La force de soutien stratégique est une nouvelle branche de l’APL, au même titre que ses autres composantes (navale, terrestre, aérienne). Elle sera notamment chargée de l’espace, du renseignement, de la guerre électronique, de la cyberguerre et des opérations psychologiques.

Pour le président chinois, cette force de soutien stratégique constitue un « point important de développement » de l’APL « dans la guerre moderne ».

Par ailleurs, les forces terrestres chinoises étaient dirigées par 4 directions distinctes (personnel, armement, politique et logistique). La création d’un commandement général vise donc à fusionner ces dernières. Et cela, sous le contrôle direct de la Commission militaire centrale.

Enfin, la Force des fusées, constituée à partir du second corps d’artillerie de l’APL, aura pour tâche de « surveiller l’arsenal de missiles stratégiques ». Elle est appelée à constituer, selon le président Xi, la « clé de la dissuasion stratégique, le renfort stratégique de la position du pays en tant que puissance significative, et une base importante pour maintenir la sécurité nationale ».

Le ministère chinois de la Défense a assuré que la création de cette « Force des fusées » ne marquait pas de changement dans la politique de dissuasion de la Chine et qu’il s’agissait simplement d’une « réorganisation ». « La politique et la stratégie nucléaires de la Chine sont cohérentes, sans aucun changement », a ainsi affirmé un porte-parole.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].

Contributions

  1. de Lolilol
  2. de Eric38

  3. de Frédéric

  4. de Auxsan

  5. de Thaurac