Archives quotidiennes : samedi, 19 décembre, 2015

La coalition anti-Daesh enquête sur une frappe ayant tué des soldats irakiens

Depuis que les opérations aériennes de la coalition anti-État islamique ont commencé, aucun tir fratricide n’avait encore été relevé lors des 9.000 frappes (environ) effectuées jusqu’à présent. Mais apparemment, ce n’est plus le cas. En effet, l’US Centcom, le commandement militaire américain pour l’Asie centrale et le Moyen-Orient, a admis une « possible responsabilité » de la

Mer de Chine : Pékin dénonce le survol des îles Spratleys par des bombardiers stratégiques américains

Ces derniers jours ont été difficiles pour les relations entre la Chine et les États-Unis, à cause du feu vert donné par l’administration Obama à la vente de deux frégates et de missiles à Taïwan mais aussi du passage de deux bombardiers stratégiques de l’US Air Force à proximité des îles Spratleys, dont la souveraineté

Le chef du Pentagone s’est rendu à bord du porte-avions Charles de Gaulle

En tournée au Moyen-Orient, le secrétaire américain à la Défense, Ashton Carter, s’est rendu en hélicoptère à bord du porte-avions Charles de Gaulle, où il a été accueilli, ce 19 décembre, par Jean-Marc Todeschini, le secrétaire d’État aux Anciens combattants. Il s’agit d’une visite hautement symbolique, qui, a priori, est aussi inédite. Après avoir franchi

Deux députés plaident pour une filière française de munitions de petit calibre

En 1999, la fermeture, par Giat Industries, de l’établissement implanté au Mans sonna le glas de la production française de munitions de petit calibre. Pour approvisionner les forces armées en cartouches F-5 stantard Otan, un marché fut attribué à BAE Systems et le groupe israélien IMI. Seulement, il apparut vite que les munitions founies ne

Irak : Daesh a subi de lourdes pertes lors d’une offensive contre les combattants kurdes

L’État islamique (EI ou Daesh) a engagé des moyens relativement importants, le 16 décembre, pour s’emparer de positions tenues par les combattants kurdes irakiens (Peshmergas) dans la province de Ninive, dont il contrôle déjà la capitale, à savoir Mossoul. Ainsi, les positions kurdes ont été attaqués de façon coordonnée par un « bataillon » d’environ 500 combattants