Selon le président Hollande, le trafic de pétrole de Daesh a été « largement réduit »

chammal-20151117-2

L’un des objectifs affichés par la coalition anti-Daesh emmenée par les États-Unis (mais aussi par les forces russes) est de réduire le financement de l’organisation jihadiste en frappant ses réseaux de contrebande par lesquels elle écoule la production des sites pétroliers qu’elle contrôle en Syrie et en Irak.

C’est ainsi que l’opération Tidal Wave II a été lancée en octobre dernier, après un changement des règles d’engagement. Car, en la matière, il n’est pas question de faire n’importe quoi en bombardant le premier camion citerne repéré.

En premier lieu, à partir du moment où les conducteurs des camions n’appartiennent pas nécessairement à Daesh et que ce ne sont pas des militaires, les bombarder aurait pu être considéré comme un crime de guerre. C’est la raison pour laquelle la coalition largue des tracts avant de frapper les convois.

S’en prendre aux revenus pétroliers de Daesh n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît, comme le soulignait le général Pierre de Villiers, le chef d’état-major des armées (CEMA), lors d’une récente audition à l’Assemblée nationale. « Pour des raisons écologiques et éthiques, il n’est pas question de bombarder n’importe quoi n’importe comment. En outre, il ne faut pas détruire l’infrastructure du pays – ce qui nous a coûté cher dans d’autres situations », avait-il expliqué aux députés.

La nécessité de maintenir les infrastructures a une autre raison : les frapper priverait d’électricité la population civile habitant les régions contrôlées par Daesh. Et cela serait contre-productif dans la mesure où ça pourrait éventuellement servir à la propagande de l’organisation jihadiste.

Quoi qu’il en soit, les opérations menées par la coalition ont produit leur effet. « Nous avons maintenant la certitude que le trafic pétrolier dont Daesh pouvait à un moment être bénéficiaire s’est largement réduit », a en effet affirmé, ce 18 décembre, le président Hollande, lors d’une conférence de presse donnée à l’issue d’un Conseil européen.

« Nous asséchons les ressources financières de ce groupe terroriste par les frappes » menées notamment par les aviations française et américaine, a encore assuré le locataire de l’Élysée. « Il s’agit de veiller à ce que les trafics que Daech peut organiser, trafics de pétrole et d’oeuvres d’art, puissent être annihilés », a-t-il insisté.

Par ailleurs, et cela répondra aux commentaires sur le manque présumé de munitions, l’aviation française a effectué, entre le 9 et le 16 décembre, 54 sorties aériennes au-dessus des territoires contrôlés par Daesh en Irak et en Syrie. Au total, 11 frappes ont été effectuées en appui des forces irakiennes dans la région de Mossoul (Close Air Support) et 7 autres ont été réalisées dans les secteur de Tall Afar, Sinjar , Falloujah et Ramadi. En tout, 22 positions jihadistes ont été détruites.

20 commentaires sur “Selon le président Hollande, le trafic de pétrole de Daesh a été « largement réduit »”

  1. Donc on ne tape ni sur les infrastructures ni sur les mobiles. Les porteurs de valises, on fait quelque chose? Bon enfin, Hollande a fait le beau sur le porte avions, quel chef de guerre!
    Je vous plains camarades aviateurs et marins, ça doit être dur le choix des cibles. Nombre de mouches doivent avoir du mal à s’en remettre!

  2. A ce rythme on est encore là à la saint glain glain .On se torture vraiment le cerveau. Crimes de guerre ou pas, perso je ne vois la différence de détruire leurs camions citernes, leurs infrastuctures. A mes yeux tous ceux qui travaillent pour eux sont leurs complices.Point barre.Cherchons pas midi à quatorze heures.Pendant la dernière guerre mondiale croyez vous que les alliés se posaient la questions lorsqu’ils larguaient leurs tapis de bombes sur l’Europe de savoir qui se prenaient les pruneaux en dessous. Faisons de même de toute façon aucune n’est propre. Acceptons que l’on est vraiment en guerre.On n’est pas en guerre 3 semaines et basta contre un pseudo état terroriste.Arrêtons les conneries.

    1. Le problème de la destruction des infrastructures est qu’elles bénéficient à la fois à l’ EI mais aussi au populations et celles si n’aiment pas beaucoup que leur maisons, leurs marchés, leurs pompes à essence soit détruites. Et lorsque les destructions infrastructures se produise cela produit de la rancœur contre le destructeur et non contre le véritable oppresseur « cela serait contre-productif dans la mesure où ça pourrait éventuellement servir à la propagande de l’organisation jihadiste ».
      C’est un petit peu ce qui c’est passé dans l’ex-Yougoslavie lors de la deuxième intervention Us visant à faire plier les Serbes : après avoir détruit tout les sites militaires sans effet puisque les serbes ne sont pas allés à la table des négociations les américain ont détruit tout ce qui avait une double utilité civil/militaire comme des ponts, des tunnels, des station-services ce qui a causé une hostilité aux américains dans un territoire pas franchement anti-américain de base.

      1. Comme ci cela pouvait encore avoir une quelconque influence sur ces dérangés du bulbe.
        Cela ne fait penser au faux argument récurrent, plus prétexte qu’autre chose du « on intervient pas au sol, pour ne surtout pas les énerver encore plus, et pas plus les déranger ».
        Ce qu’on fait néanmoins tout autant, dans cette optique, voire même beaucoup plus avec des bombardements aériens, qui trainent en longueur, et qui resteront de toute façon toujours aléatoire et toujours autant sujet aux dommages collatéraux et autres erreurs de frappes et bavure ne tous genres.
        C’est à dire l’exact prototype de la fausse excuse bidon de politiciens (tout autant bidons, et manifestement complètement dépassés malgré les déclarations, de façade) pour, dans un cas cacher que l’on est incapable de faire quoi que soit d’autre, ou de plus, et dans l’autre cas qui relève plus du double ou du triple jeu d’apprentis sorcier (tant qu’on est pas soit même touché sur son propre sol, mais cela commence même à venir, même dans la chère Amérique de certains, qui se croyait sans doute jusqu’à présent à l’abri des retours de boomerang ?!).

    2. Bref, « Tuez-les tous, Dieu reconnaitra les siens. » ? En fait il n’y a pas besoin d’être un djihadiste pour être un barbare. Consternant.

  3. Aucunes guerre n’est propre, quelques part on fait attention aux civil histoire de ne pas servir la propagande de daesh ok. Mais au final ce sens là nous cause des tord en rallongeant un peu plus ce conflit et diminue notre efficacité.
    Il est dur de se faire une belle image auprès des peuples que l’on aide si on les massacre avec l’ennemis…est ce ça faire la guerre aujourd’hui ?

  4. Que voulez vous , on va crever de cet angélisme et ce droitdelhommisme qui s’est répandu chez les « dirigeants » (?) comme un cancer.

  5. et bientôt la guerre écologique avec bilan carbone et armes recyclables ou bio-dégradables ?

  6. C’est surement un cancer certes Artaban, a vouloir faire le beau a la guerre on en pers tout ce sens idéologique, celui qui a fait naître les grandes vraie opération type Rolling thunder.
    Se serait idéalement plus simple mais plus cher…ha l’économie quand tu nous prend par les cou…

  7. Tout ça me rappelle l’explosion de la culturelle du pavot en Afghanistan. On ne pouvait éradiquer sous peine de nuire à la population.

  8. Cette délicatesse et cette attention de la coalition vis avis des terroristes de l’etat islamique n’ont pas toujours été la conduite de la coalition en Irak, au Yémen et en Afghanistan. Le nombre de civils tués dans ces conflits au cours de bombardements était très important. Et on ne parlait pas de crimes de guerre. Et personne ne se soucie maintenant de savoir si les saoudiens commettent des crimes au Yémen. Les gens ne sont pas dupes.

  9. Ah Hollande.., c’est le roi Dagobert des temps moderne,..mais qui n’aime pas le Roi Dagobert? Tant qu’il ne met pas le pays à l’envers. 🙂

    1. Mettre le pays à l’envers …il ne pourrait pas !!
      « Pourquoi ? »
      Ben parce que c’est déjà fait ! Par contre si il pouvait le remettre « à l’endroit » …mais pour ça faut un peu de force et de volonté …et pas seulement penser à garder son cul au chaud sur son siège en 2017.

  10. Le président semble se féliciter de la destruction des infrastructures pétrolières. Pourquoi pas mais l’on doit alors se demander s‘il connaît vraiment, lui qui se prétend humaniste, la signification de ce qu’il dit ?

    En Serbie, le choix des cibles dépendait du positionnement des entreprises de chaque pays participant pour obtenir le marché de reconstruction. Ce choix donnait lieu, au niveau des états-majors otaniens qui subissaient toutes sortes de sollicitations (lobbying), à des négociations dont le public n’a jamais été informé.

    Au Proche-Orient le choix des cibles est beaucoup plus simple parce que personne n’a l’intention de reconstruire : le but est seulement d’éliminer l’Irak de la production mondiale de pétrole pour soutenir le cours de l’énergie. Depuis vingt-cinq ans l’on a inventé et mis en oeuvre pour l’Irak la notion de « sous-développement durable ».

    Détruire n’importe quel autre champ pétrolier dans le monde amènerait le même résultat mais l’Irak c’est bien parce que les Irakiens, probablement un peu cons, donnent au monde des prétextes pour le faire chez eux : autrefois Saddam, aujourd’hui Daesh.

  11. La vraie question est POURQUOI ON NE L’A PAS FAIT AVANT ???
    Et avoir attendu plus d’un an, et plusieurs attentats, pour seulement commencer à réagir réellement contre daesh (à croire que jusque là cela ne nous dérangeait pas vraiment !) ????
    .
    Sinon effectivement comme l’ont souligné déjà d’autres intervenants, c’est assez savoureux de voir de Villier, nous expliquer que l’on bombarde, mais surtout que l’on bombarde « gentiment » (ah ces carriéristes ils ont finit par intégrer même complètement leur maitrise de leurs précautions de langages, de façon à ne surtout pas, déranger personne) !

    1. Primo parce que les pays de l’Otan de se bombarde pas entre eux …d’où les petits papiers largués par les US AVANT de bombarder les camions citernes …qui ont tous ou presque des conducteurs Turques ! Et économiquement parlant : la nourriture, le matériel médicale, les biens de conso …et sans doute aussi des armes, transitent via un marché noir via la Turquie avec de beaux bénéfices !! Pays alliés des US et des occidentaux (…si si …normalement si, ils sont nos alliés … je sais moi aussi ça me l’a fait, j’ai du vérifier sur Wikipédia, mais ils font partis de l’ALLIANCE Atlantique …donc si c’est nos alliés et depuis 1951 !!)
      Secondo …mais là cette plutôt des soupçons, parce que les preuves formelles …, mais à mon avis on doit rouler régulièrement en Europe et en France avec du carburant à l’origine douteuse ….

Les commentaires sont fermés.