Le chiffre d’affaires des 100 premiers industriels de l’armement a encore baissé en 2014

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

8 contributions

  1. v_atekor dit :

     » Lockheed-Martin n’est pas prêt de céder sa place au vu […] du rachat annoncé de Sikorsky (hélicoptères). »

    Évidemment, le mariage d’un éléphant avec une baleine a peu de chance de donner naissance à un colibri…

  2. willims dit :

    Laurent Lagneau, une petit lien vers les études de ventes d’armes legeres serait sympa si il existe, afin de voir si chypre est encore le pays le plus « armé du monde » comme un rapport de 2009 le montrait. et pour faire quelques hypothèses sur qui arme qui dans les régions « destabilisées » en 2014.

  3. Dudule dit :

    Si j’ai bien compris les matériels Russes sont très demandés car peu onéreux et relativement fiables (à part quelques bémols pour les chasseurs nouvelle génération). N’y a-t’il pas là une carte à jouer pour certaines de nos entreprises nationales ? De plus en plus de nations cherchent à s’équiper d’une aviation militaire à faible coût et efficace (notamment les états d’Afrique et d’Amérique du Sud), pourquoi Dassault ne pourrait-il pas par exemple proposer une version revisitée du Mirage 2000 ? En gros on reprend les plans en y installant de l’avionique éprouvée et relativement récente et on en fait un avion « low-cost », efficace et fiable. Est-ce si absurde que ça ?

    • Zayus dit :

      Oui,
      car l’investissement d’une nouvelle chaine de montage ne pourrait se faire sans commandes fermes. D’autant plus que des sans compter les concurrents (américains, chinois, pakistanais, sud-coréens, brésiliens, tchèques …) déjà présents sur ce créneau, des dizaines de Mirage 2000 de seconde main commencent à être disponibles à des prix bien plus intéressants que d’hypothétiques Mirage 2000 neufs.
      .
      L’américain Textron joue par exemple à 100% la carte que vous décrivez avec un appareil aux un modèle performances bien inférieures au Mirage 2000 : le biréacteurs d’appui tactique « Scorpion », qui cible précisément les marchés « low-cost » africains, sud-américains, asiatiques voire même européens à l’échelle d’états tels que la Slovaquie, Hongrie, Bulgarie ou les états issus de l’ex-Yougoslavie …

  4. jp_perfect dit :

    Étant suisse, je suis assez satisfait de voir que les quelques entreprises helvétiques d’armement arrivent à tirer leur épingle du jeux.
    J’espère que Ruag (détenue à 100% par la Confédération), Mowag (détenue par General Dynamics), Swiss Arms et Oerlikon (détenue par Rheinmetall) arriveront à garder le cap, voire à imiter Pilatus.
    Cela sera peut-être possible via le fond de 20 milliards voté par le Conseil National durant la séance d’hiver et qui doit couvrir le budget de notre armée pour la période 2017-2020. Cela représente 300 millions de plus par rapport à ce que l’armée touche actuellement et cette somme est principalement dédiée au rééquipement de nos Forces Terrestres.
    Vous noterez que 4 années de notre budget militaire ne permettent pas d’égaler une année du budget de la défense française… C’est pourquoi, entre autres arguments, que le Rafale n’a pas forcément la préférence des politiques suisses.

  5. hum dit :

    Pendant ce temps les peuples commencent à perdre la boule, le desert avance, la temperture monte , les speculateurs speculent…

  6. Lagaffe dit :

    Les différentes raisons pour lesquelles le marché de l’armement russe progresse :
    http://specialdefense.over-blog.com/2015/12/marche-de-l-armement-pourquoi-la-russie-a-le-vent-en-poupe.html

  7. Zayus dit :

    Les chiffres de 2015 amèneront à de toutes autres interprétations et conclusions concernant les industriels français 😉 !