La Force aérienne finlandaise n’a pas les moyens de remplacer ses avions d’entraînement

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

14 contributions

  1. Gwydyon dit :

    Il serait peut être temps que les pays de l’UE réfléchissent à la nécessité de construire un centre d’entrainement et de formation pour les pilotes de l’UE.

    Après tout, la France dispose de bases aériennes qui sont désaffectées et tous les pilotes de l’UE utilisent l’anglais. Pourquoi alors ne pas réfléchir, au sein de l’UE, à une acquisition commune des différents types d’avions de formation. A la désignation d’un site. Puis demander aux pays de l’UE de faire leurs acquisitions d’avion de combat dans la production européenne : Eurofighter – Rafale – Gripen !

    Au lieu de jouer au « chacun pour soi » les dirigeants des pays membres de l’UE devraient, sous l’impulsion des instances européennes, jouer le « tous pour un et un pour tous ». Cela serait l’intérêt des comptes publics et de la défense de l’UE. Non !

    • Elmin en colère dit :

      Comme quoi , meme information donne meme reflection ))

    • Sempre en Davant dit :

      Par ce que le but de la commission c’est la commission! Et ses prébendes!
      Au delà de cela les intérêts sont divergent et les ambitieux ne peuvent pas se sentir!
      Vous voulez des Concorde ? Alors, il ne faut pas employer les méthodes de l’a400m!
      Et encore devrais je écrire que que si l’europe avait voulu airbus elle n’aurait pas eu l’a400m.
      Vous me surprenez toujours en cherchant du cartésianisme là ou il n’existe pas.
      Le « chacun pour soi » est le fonctionnement des fonctionnaires européens et internationaux.
      Ils n’ont ni l’âme d’un Sous Lieutenant ni l’autorité d’un de Gaulle .
      L’ensemble est un fatras et personne ne sais ou est le bureau des plaintes!
      Quant’à trouver un « élu » capable d’ouvrir une porte d’un coup de pied et de désigner ceux qui le deviendrons…

    • Specht dit :

      Le principe existe déjà, par exemple entre la France et l’Allemagne pour la formation des pilotes d’hélicoptère Tigre quelque part en France, et celle des techniciens de maintenance (à Fassberg en Allemagne), ou bien encore dans la formation des pilotes de chasse entre la France et la Grande-Bretagne. Nous pouvons d’ailleurs saluer l’intégration réussie d’un pilote britannique au sein du Normandie-Niemen sur Rafale.
      Une école européenne systématiquement commune à tous les membres de l’Union serait difficile à organiser, car les États restent encore souverains, avec des besoins bien spécifiques et une « école » (une façon de voler) elle aussi très spécifique. Nous pourrions bien sûr imaginer une formation de base commune, mais le cadre actuel dépasse largement les frontières européennes. La France forme déjà les pilotes de Singapour depuis plusieurs années à Cazaux, depuis l’Advanced Jet Training School des pilotes belges passent leur brevet à Tour, et les Eopan passent déjà certaines de leurs qualifications aux États-Unis.

    • Scipion dit :

      La défense des pays Européens repose sur l’OTAN donc sur les USA, en conséquence ils achètent principalement aux états unis (F-18 pour les Finlandais, F-16 pour les Polonais et les Belges…etc). C’est d’ailleurs pour cette raison que certains d’entre eux ont décidé de participer au désastreux programme F-35 qui leur lie les mains pour de nombreuses années dans le domaine de l’aéronautique militaire.

      • Elmin en colère dit :

        Oui mais là je parlais de formation initiale , l’année 1/2 pendant laquelle les élèvés pilotes apprennent les bases du pilotage, et où se fait l’écrémage (sacré écrémage car dans la marine, entre la 50S et cognac , c’est 80% des élèvés pilotes qui sont éliminés )

  2. Elmin en colère dit :

    S’il y a bien un domaine où les économies d’échelles peuvent être rapide et significative, tout en n’impactant pas les capacités opérationnelles, c’est celle de la formation, et notamment de la formation initiale des pilotes qui est identique dans tous les pays.
    Creer un centre européen de formation initiale des personnels navigants sur la base de cognac aurait surement beaucoup de sens , d’autant que c’est une zone aéronautiquement tres favorable, et économiquement pas franchement favorisée si ce n’est pour le … Cognac !

  3. Abuse of mainstream media can harm your mind! dit :

    Le danger imminent de l’Est probablement pas si imminent?
    😉
    Un système économique mondial qui est en train de devenir un problème de sécurité mondial? Cette fameuse mondialisation qui apporte prospérité et sécurité pour tous?

  4. Wrecker47 dit :

    Avant qu’on arrive à ce stade il passera de l’eau sous les ponts !…L’Europe est à la limite de l’implosion!

  5. Thaurac dit :

    il y a à peine un an ou deux, on la désignait comme le modèle social, voilà où ça mène….

  6. Frédéric dit :

    Le centre d’entraînement trinational pour les Tornado et les Belges ayant leur Alfa jet en France montre que ce type de solution est efficace.

  7. Fyd dit :

    Il faut tout mutualiser. Entendre ce mot me fait dire que la plupart des personnes qui l’utilisent ne pense pas à la spécificité de chacun.
    Parce que nous ne sommes pas des finlandais, ni des britanniques, ni des américains. Si nous mutualisons, nous devrons sans aucun doute uniformiser la formation et de fait perdre un peu de nos spécificités. Il n’y aura plus de différence entre un pilote français et les autres. Ce qui au final pourrait porter préjudice en cas de conflit.
    Nous sommes un peu dans le cas des entreprises lors d’une fusion acquisition. A terme l’entreprise absorbée se diluera dans la maison mère jusqu’à perdre son identité et ses spécificités pour répondre à la demande d’uniformité de la maison mère. Je pense que ç’est ce qui arrivera à Panhard par exemple. Et nous enverrons pas de CRAB avant longtemps.

  8. Fyd dit :

    Je pense également à Airbus qui a pourtant absorbé des entreprises qui savaient faire des avions de combat. On voit le résultat aujourd’hui.

    • Thaurac dit :

      Airbus va bien ,merci
      C’est la loi du marché, soit tu absorbes en tant qu’activité complémentaire, soit pour liquider un concurrent.