L’étendard du 5e Régiment de Cuirassiers rejoindra les Émirats arabes unis

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

25 contributions

  1. Maotchao dit :

    L’augmentation aux EAU s’inscrit en parallèle d’une réduction a Djibouti.Donc l’effort est amortit et ne coûtera pas forcément plus.
    Pourquoi veut-on placer du Leclerc sur cette base? en partie par le fait que depuis des années, nous envoyons par bateau des Leclerc pour des entraînements avec les Emirats, où le Qatar.Ainsi on économise un va et vient inutile, qui nécessite du temps, de la préparation ainsi que des remises en conditions longues aux régiments fournissant les Leclerc.
    Dans quelques temps on va moderniser 200 Leclerc (cette cible sera très certainement revu a la hausse dans 3-4 ans), donc mieux vaut éviter de devoir gérer un flux de véhicules dans les années où on devra fournie les chars a l’industriel, où ils seront en travaux et au moment de leur livraison et de leurs réintégrations en service actif.
    Je pense qu’on ponctionnera sur les chars en stock (un escadron sans doute) pour le déploiement la bas.

  2. Thaurac dit :

    Je pense aussi qu’on va avoir de bons retours des saoudiens qui utilisent les Leclerc au Yémen
    pour les améliorations en zone desertique

  3. Wrecker47 dit :

    Fut un temps ou cette unité se trouvait au camp de Meucon en Bretagne il y a bien longtemps …
    Il reste encore un menhir à son nom quelque part dans le camp-bâti !…
    Le Désert Saoudien va certainement les faire bronzer!

  4. Clavier dit :

    Donc il va pouvoir faire la maintenance des chars de nos hôtes et l’instruction de leurs équipages
    On pourra l’appeler: « Emirati cavalerie » ….!

  5. Eliot Mess dit :

    Leclerc: Le général qui à pris Koufra avec 1 canon, en le déplaçant pour faire croire qu’il y en avait plusieurs… Son discours à Strasbourg n’est pas en ligne, si quelqu’un pouvait penser à le mettre. Je l’ai mais il y a le copyright. Un grand moment d’émotion.

  6. Fredon dit :

    Mon cher De clavier,
    Je pense que vous faites fausse route…
    La compagnie française DCI par le biais de sa branche COFRAS effectue le soutien et l’instruction de l’armée emirienne pour les chars de sa propre armée.
    Le 5eme cuir lui accueillera et soutiendra les chars français (EMAT) pour l’entraînement des équipages français en tournante aux Émirats (Zayed military city ).

  7. anonymus dit :

    « En 1725, il est racheté par le roi Louis XV, qui l’offre à son beau-père, c’est à dire à Stanislas, ex-roi de Pologne » :
    C’est un peu pareil aujourd’hui, sauf qu’on l’offre à l’émir Tartempion !
    .
    A noter, et même un peu plus grave, c’est que ces Leclerc vont sans doute représenter une grosse partie de la trentaine environ (le reste, enfin ce qui reste, étant « sous cocon ») de Leclerc réellement disponibles et actuellement véritablement opérationnel, et représentant en plus l’essentiel du lourd MCO qui leur est consacré (on se souvient des 13 Leclerc du Liban, et de leur plus 50 millions de MCO annuel (sur 110 millions au total), et la presque totalité des pièces et rechange de l’ensemble du parc) pour leur maintien, effectif, en conditions opérationnelle (réelles !!).
    Quel beau cadeau à notre copain l’émir en tous cas.
    Pour le, faux, prétexte d’entrainement, permanent (on aurait déjà des équipages maitrisant complètement les possibilités du Leclerc, ce qui demande un suffit près de 2 ans au total, et des moyens pour cela, ce serait déjà pas mal : mais non, en plus !), en zone désertique, il y avait, depuis longtemps déjà par exemple Djibouti, ou ailleurs.
    Enfin si ça fait, encore (!!!!) des ravis (enfin toujours les mêmes en même temps, qui n’on toujours rien compris au schmilblick) !!

    • anonymus dit :

      un suivi (et pas un suffit !)

    • anonymus dit :

      un suivi de près de 2 ans (décidemment) …

    • anonymus dit :

      Sur l’aspect des fausses économies (que cela n’engendrera pas : voir ci dessus, au contraire ce déploiement permanent de chars lourds (comme les autres d’ailleurs, mais sauf qu’ici c’est uniquement dans un but commercial, qui ne marche pas particulièrement en plus) risque de couter encore pas mal à nos budgets pourtant déjà si mal en point : on a pas actuellement autre chose à faire dans nos armées, que ces guignoleries ? !), en plus cela faisait l’occasion d’un exercice (il y en a de moins en moins au demeurant) de déploiement (puisque le but est quand même (ou était ???) d’avoir une armée de projection (donc entrainée à ces modes de savoir-faire, qui ne s’improvisent pas en plus)) et en conditions réelles (donc ici et en fait une possibilité, encore en moins).

    • Maotchao dit :

      Vous affirmez que seul une trentaine de Leclerc sont « réellement » disponibles, ah bon? vous tenez cela d’où?
      La disponibilité technique moyenne du char Leclerc tourne autour de 55-60%.On affiche une flotte en ligne de 200 engins, donc il y a en permanence entre 110 et 120 Leclerc réellement disponible a n’importe quel instant.Que certains soient préservés ou mis sous cocons, ne les rendent pas « indisponibles » pour autant.
      Là ou vous avez raison, c’est qu’il y a un problème budgétaire.L’enveloppe annuelle pour sa MCO est trop faible pour absorber un déploiement extérieur qui exige de maintenir une DTO supérieur a 90%.Donc comme pour l’exemple libanais (qui doit aujourd’hui être regardé avec un recul nécessaire) un déploiement ponctionne le budget MCO au détriment des unités en France.
      Mais ce que vous ne comprenez pas, c’est que ce budget, on peut l’augmenter quand on veut, que ce soit pour une opex ou au quotidien, il faut que vous vous sortez de la tête que c’est une chose fixe qui permet tout juste pouvoir utiliser 30 chars (sans doute avez vous multipliez par deux les 15 chars du Liban vu que 50% de l’enveloppe MCO était pour eux a l’époque?).
      Si demain la France a besoin d’envoyer 100 Leclerc dans une opex, elle peut le faire, a condition d’augmenter le budget, qui s’inscriront dans les surcoûts des opex.
      Ben oui, vous dîtes qu’avec 110 millions d’€ on peut faire tourner que 30 chars, mais si on donne 300 millions de plus? pensez vous qu’on est incapable d’employer 100 chars en opérations? On pourrait avoir 500 chars de plus, ça ne changerait rien si cette enveloppe ne bouge pas, donc inutile de faire passer cela pour un manque « quantitatif ».
      Vous arrivez a interpréter certains chiffres, mais votre problème c’est de penser que c’est une chose qui est « fixe » et qu’on ne peut pas faire autrement.

      .
      Vous devez comprendre que l’on vote un budget chaque année.Dans ce budget, il y a une enveloppe destinée a la MCO, qui elle se divise en une multitude d’enveloppes pour chaque « type » de matériel.
      Comment on attribue ces enveloppes? par rapport a un besoin opérationnel (opex + national) dont on doit maintenir une DTO (disponibilité technique opérationnelle).Cette DTO est encore différente de la DT de l’ensemble d’un parc.
      Cas concret:
      Il y a 100 VAB en parc, le « besoin » opérationnel pour les forces est de 30 VAB (disons 10 pour les opex, 10 pour l’entraînement et 10 pour l’alerte).Si on arrive dans le cas parfait d’une DTO de 100%, peu importe la DT de l’ensemble des 70 autres VAB, l’objectif n’est pas d’atteindre le pourcentage le plus élevé pour celle ci, car si on a une DTO a 100% on ne fournira pas d’effort financier complémentaires.Il faut bien comprendre ça, c’est important.
      Car l’analyse de la DT d’un parc ne doit pas se faire seule, elle doit être systématiquement accompagnée de la DTO pour savoir si oui ou non c’est insuffisant.Avoir 50% de DT pour 200 chars peut paraître un « problème » pour un non initié, mais si le besoin n’est que de 30 chars a l’année en temps normal, ce chiffre n’a rien de « problématique », le fonctionnement « normal » n’est pas perturbé.
      C’est également pour cette raison, qu’a chaque fois qu’on s’engage dans un conflit, il y a systématiquement ce genre de problèmes qui survient et qui au final, pousse a « limiter » nos déploiements afin de limiter les dépenses supplémentaires.Ainsi certains matériels ne sont pas engagés, car ils impliquent presque obligatoirement une dépense supplémentaire du fait d’un budget a flux tendu, même en temps normal.
      Mais tout ça, c’est un choix politique et si une opération d’ampleur nécessitant beaucoup de moyens, il suffit d’inonder ces enveloppes pour dégager les moyens, ce n’est pas bloqué en l’état.
      .
      Comme on le remarque le besoin opérationnel appel parfois en opérations a créer une surdotation pour palier les indisponibilités de certains matériels.Par exemple le besoin en RCA est d’un hélicoptère Tigre, ben on envoie 2 et si on arrive a toujours maintenir un hélicoptère apte (DTO 100%) ben la DT peut être a 50% ce n’est pas grave dans la mesure ou le besoin exprimés des forces est d’une machine disponible en permanence.
      Et selon le type de matériel, leur âge, leur complexité et surtout principalement les moyens financier qui influera sur la DT, la surdotation en opex est variable.Ainsi dans l’exemple du tigre, une DT a 50% permet le maintien d’une permanence d’une machine et si on voudrait passer a une permanence de 2 machines, il en faudrait 4.Par contre si on a une DT a 75%, il suffit d’envoyer une seule machine sur place pour en avoir 2 de disponibles.Sauf qu’avec beaucoup de matériels (véhicules surtout), il est moins coûteux de « surdoter » les opex en privilégiant le vieux matériel, plutôt que d’améliorer l’enveloppe MCO.Ainsi certains matos tirent la langue!
      Et l’un de nos problèmes, c’est de ne pas donner les moyens financier pour augmenter la DT, on préfère tirer sur la corde, ce qui ne veut pas dire que l’on est incapable de donner les moyens nécessaires le cas échéant.

      • anonymus dit :

        Rapidement, Maotchao vous ignorez dans votre « raisonnement » que la plupart des Leclerc (plus de 150 sur ceux qui reste encore, c’est à dire environ 200 (le livre blanc ne faisant qu’acter ce qui existe déjà)) sont sous cocon (eh non on ne peut pas les ressortir comme ça d’un coup de baguette magique, sans parler des équipages à former, ou à re-former (quant on les emplois sur une Saguais, cela demande en effet un « certain » de réapprentissage et de réappropriation, et même sans doute de désapprentissage).
        On vous a déjà dis (mais vous n’écoutez rien, ou ne voulez rien comprendre (!)) que le peu de ces Leclerc réellement OPERATIONNELS (je sais pas si on peut faire plus clair !!!) consomment à eux seul, une petite trentaine, une énorme partie (plus d’un quart) de la totalité du MCO de toute l’armée de terre françaises (les Tigre n’étant pas mal non plus puisque consommant presque le reste, et pour une disponibilité néanmoins, tout simplement effarante, 17 % aux dernières nouvelles !).
        Du coup on ne peut même plus remettre à niveau les VAB rentrant de mission.
        D’où vos 30 VAB dispo auquel on en est actuellement (au vu de vos dires, mais j’ai malheureusement bien peur que l’on en soit pas bien loin !) : vous ne vous rendez même pas compte souvent (tellement pris dans votre tache de bon petit rapporteur) de l’énormité de ce que vous écrivez.

        • Maotchao dit :

          D’où tenez vous vos chiffres du Leclerc ?
          Nous avons des escadrons dont le personnel est adapté a 200 chars, pas a 30.
          Ces 200 chars sont actifs et même si certains sont sous cocons, ça n’en fait pas une d’indisponibilité, bien au contraire, ce sont ceux les plus a même d’être exploités.
          Et vous n’avez pas compris ce que je disais, a savoir qu’une augmentation de l’enveloppe de la MCO permet de sortir ces chars au besoin. Arrêtez d’être fixé avec un problème de disponibilité qui est en réalité une contrainte budgétaire qu’on s’impose mais qui peut évoluer.
          Accepter vos erreurs d’analyse et éviter de me faire des leçons sur mon travail et sur ce que je sais. Moi je n’ai pas qu’internet en documentations. Apprenez a apprendre des autres, même si cela va a l’encontre de vos sentiments.

          • anonymus dit :

            « Ces 200 chars sont actifs et même si certains sont sous cocons » :
            Bien sur, bien sur Maotchao … soupir de lassitude.
            Et bien sur aussi, une augmentation du MCO, d’un claquement de doigts sans doute … désespérant.

  8. Sempre en Davant dit :

    Voila qui fait plaisir!
    C’est un bel étendard avec une histoire très riche!
    Et si les trésors de vaisselle de Royal Pologne ont été conservés ils pourront épater les émiratis en les recevant à table!

  9. Eclaireur dit :

    Le ROYAL POLOGNE n’est plus dans l’ordre de bataille depuis 92..en tant que régiment!
    Les traditions de 5e Cuirassiers ont été donnés à L’Escadron d’Éclairage et d’Investigation de la 3e BM en 98 et avant à l’EED1 si je ne me trompe pas. Drapeau rendu vers 2009.
    Mais je suis sûr qu’il y aura des anciens ce passage sur ce site qui vont me lire et me corriger.
    J’ai le souvenir de grand pères aux journées traditions nous racontant qu’ils ont jalonné à cheval l’avancée des panzers de la Wechmacht en 40 dans les Ardennes… A noter déjà la spécificité reconnaissance. Je passe aussi sur l’Indochine.
    Pour le coup c’est un peu triste de le voir devenir un régiment de blindés lourds…
    Un petit peu de cohérence!! Surtout que des drapeaux de cavalerie lourde rangés récemment ne manque pas (1/11 RC, 4 RD etc…)!
    Mais on sait tous que le commandement s’en fout des traditions régimentaires. Sauf pour ce qui est du statut des Off et s/Off dans le cavalerie 😉

    • anonymus dit :

      Sauf que les Cuirassiers (les gros frères, comme on les surnomme justement) sont par définition, et traditionnellement des régiments de cavalerie lourde (contrairement d’ailleurs aux Dragons, de cavalerie moyenne ou mixte-infanterie portée (car de cavalerie mais destinée à combattre à pied), et aux Chasseurs, à l’origine régiment de cavalerie légère et de reconnaissance (bien que reconnaissance ne veuille pas toujours dire léger, non plus).
      Mais bon c’est vrai qu’à force de tout confondre et de tout mélanger (ici on va même donner leur étendard à une unité principalement d’infanterie, seulement renforcée de quelques appuis, et apparemment, aux dernière nouvelles de quelques chars ?!?), tout ce perd !