La Russie se dit ouverte à une coordination avec la coalition anti-EI dirigée par les États-Unis

espace-syrie-20151007

Si l’aviation russe ne vise pas principalement les positions de l’État islamique (EI ou Daesh) en Syrie, il n’en reste pas moins que l’espace aérien syrien est actuellement très encombré. Et il le sera d’autant plus à l’avenir étant donné que la coalition internationale emmenée par les États-Unis envisage d’y intensifier ses frappes contre les jihadistes, comme l’a indiqué le lieutenant-général Charles Brown, qui dirige les opérations aériennes américaines.

D’ailleurs, ce dernier a indiqué que les avions américains et russes évoluent parfois dans des secteurs très proches. Un drone de l’US Air Force a ainsi été approché de près par un appareil russe et une vingtaine kilomètres ont récemment séparé deux F-16 basés à Incirlik (Turquie) ont côtoyé des Su-34 « Fullback » dans un rayon d’une trentaine de kilomètres.

Pour éviter des malentendus, voire même de frapper au même endroit, le Pentagone fait des propositions à Moscou afin de coordonner les actions des uns et des autres. Propositions qui ont été « examinées en profondeur », a assuré, le 7 octobre, le général Igor Konachenkov, un porte-parole du ministère de la Défense.

« Le ministère russe de la Défense a répondu aux demandes du Pentagone et examiné en profondeur les propositions américaines sur la coordination des opérations (menées) dans le cadre de la lutte contre le groupe terroriste Etat Islamique sur le territoire syrien » a en effet affirmé le général Konachenkov, cité dont les propos ont été rapportés par les agences de presse russes.

« Globalement, ces propositions peuvent être mises en place », a-t-il poursuivi. « Nous essayons seulement de clarifier de notre côté certains détails techniques qui seront discutés aujourd’hui entre des experts du ministère russe de la Défense et ceux du Pentagone », a encore précisé le porte-parole.

Ces déclarations ont été faites alors que la Turquie a protesté contre la violation, à deux reprises, et malgré les avertissements d’usage, de son espace aérien par deux avions russes, dont un Su-30 SM et un bombardier Su-24.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].