L’aviso « Commandant Bouan » a recueilli 327 migrants naufragés

migrants-20150906

Trois jours après avoir rejoint, le 2 septembre, le dispositif naval de l’opération Triton, menée par l’agence Frontex, chargée de la surveillance des frontières extérieures de l’espace Schengen, l’aviso – ou patrouilleur de haute mer – « Commandant Bouan » s’est porté au secours de migrants en difficulté à 400 nautiques au sud-est de l’Italie.

En coordination avec le centre de secours de Malte, le « Commandant Bouan » s’est porté, au sud-ouest de la Crète, à la hauteur d’un bateau de pêche tombé en panne, faute de carburant, avec à son bord 327 personnes, dont 195 hommes, 100 femmes et 32 enfants, de différentes nationalités (syrienne, érythréenne, somalienne, soudanaise, libyenne, égyptienne et même iranienne).

L’équipage de l’aviso a ainsi commencé ses actions de sauvetage à 6h35. « Les opérations de mise en sécurité ont été particulièrement délicates du fait de la configuration du navire (important franc bord), de son immobilisation et de l’état de la mer », explique la Marine nationale dans un communiqué.

Les naufragés ont ainsi été recueillis à bord du « Commandant Bouan », où certains ont été pris en charge par le personnel du Service de santé des armées (SSA). Tous ont reçu des vivres et de l’eau. Ils seront débarqués en Italie, dans un port « qui sera précisé ultérieurement ».

En mai dernier, l’aviso « Commandant Birot », également engagé dans l’opération Triton, avait sauvé 514 personnes ayant tenté la traversée de la Méditerranée pour rejoindre l’Europe.

Depuis le début de cette année, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) estime que pour 323.000 migrants arrivés en Italie, à Malte, en Grèce et à Malte, 2.432 au moins ont perdu la vie.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].