Chammal : 3 Mirage 2000N des Forces aériennes stratégiques déployés en Jordanie

2000n-20150804

Le général Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’Air (CEMAA) l’avait annoncé en mai dernier lors d’une audition à l’Assemblée nationale : afin de soulager les Mirage 2000D de la 3e Escadre de chasse, il était question d’engager des Mirage 2000C (défense aérienne) et des Mirage 2000N des Forces aériennes stratégiques (FAS) sur un théâtre extérieur.

« Nous étudions l’utilisation de Mirage 2000C et 2000N [ndlr, N pour nucléaire] en OPEX afin d’alléger la charge des escadrons de Mirage 2000D. (…) Nous ferons ainsi voler des patrouilles composées de Mirage 2000D – qui disposent d’un pod permettant de guider les bombes – et de Mirage 2000C ou 2000N – qui ne peuvent pas emporter de pod, mais peuvent larguer des bombes », avait ainsi expliqué le CEMAA.

Ainsi, le mois dernier, dans le cadre de l’opération Barkhane, deux Mirage 2000C de l’Escadron de chasse 2/5 « Île de France » sont  arrivés à Niamey (Niger) pour opérer aux côtés de 2 Mirage 2000D.

Et, le 31 juillet, 3 Mirage 2000N de l’Escadron de chasse 2/4 La Fayette, basé à Istres, ont relevé 3 Mirage 2000D jusqu’alors déployés sur la base aérienne projetable (BAP) installée en Jordanie pour les besoins de l’opération Chammal, nom de la participation française à la coalition emmenée par les États-Unis contre l’État islamique (EI ou Daesh).

Dès le lendemain, une première patrouille mixte Mirage 2000D/Mirage 2000N a décollé pour une mission d’appui aux forces irakiennes.

Pour ce déploiement, ces 3 Mirage 2000N sont équipés de contre-mesures électroniques (leurres infrarouges et électromagnétiques, brouillage), selon une « configuration avionique (fréquence radio, codes, armement) propre au théâtre d’opération », a précisé l’État-major des armées.

Les appareils des FAS, outre les avions ravaitailleurs C-135FR, sont régulièrement sollicités pour des missions conventionnelles, comme l’ont été les Rafale B F3 de l’Escadron de chasse 1/91 Gascogne, qui ont pris part aux opérations Chammal et Barkhane.

15 commentaires sur “Chammal : 3 Mirage 2000N des Forces aériennes stratégiques déployés en Jordanie”

  1. Rationalisation du parc entre ceux aptes à l’emport de pod de désignation et ceux qui ne le sont pas. Le bon sens a enfin gagné ! Reste à ménager l’égo du chef de patrouille dans le 2000N.

    1. Et comment ? Vu que l’extrême orient actuellement russe sera chinois ?

  2. En même temps, le couple 2000N / 2000D n’est pas une nouveauté. On se souvient, pendant Harmattan, cette association a parfaitement fonctionné.

  3. Voilà une nouvelle qui fout sérieusement les jetons quant aux capacités opérationnelles de notre Armée de l’air !

    1. Pas tant que ça !
      Il n’y a de toute façon pas assez de pods de désignation pour équiper chaque 2000D, donc que l’équipier soit un 2000N ou un 2000D n’a que peu d’importance. Par contre au niveau RH et disponibilité des machines, cela change tout !

      1. Pour le théâtre sahélien, le couple 2000D / 2000c RDI permet la même souplesse en terme de RH et disponibilté machines. Mais en plus, on récupère deux canons de 30 mm dans la patrouille.

        1. Cela implique quand même un peu plus pression sur les deux 2000D qui eux seul peuvent porter le pod de désignation, et aussi une logistique qui s’est un peu compliqué du fait des équipements différents ;mais bon il y a encore les rafales de djam au cas ou .

        2. Il faut voir les RH au niveau des bases et non de l’Armée de l’air. Si ce sont les 2000N qui s’y collent, cela permet de diminuer la pression sur les bases de Nancy (2000D) et d’Orange (2000 RDI) et ce, même si les trois types d’avions se trouvent ensemble engagés : les nombre de pilotes et de mécanos est fonction des appareils engagés par chaque base.

    2. Du moment qu’on ne comprend pas les raisons du pourquoi, je suis d’accord avec vous, mais quand on les comprends , on se demande s’il faut l’expliquer systématiquement a tout ceux qui ne le savent pas ou laisser parler.Moi je passe mon tour pour cette fois, si un autre veut lui expliquer.

    3. Si j’ai bien compris, l’objectif ici est quelque chose de relativement normal :
      On utilise à fond des mirages 2000D en OPEX alors qu’on a à côté des 2000C et 2000N qu’on utilise très peu. Cette manip permet d’utiliser un peu plus uniformément les avions du parc, et de retarder le vieillissement des 2000D dont on aura encore pas mal besoin.

  4. Cette relève n’est qu’une façon de plus pour durer, ce qui est indispensable face au terrorisme.

  5. Grosse nouveauté, les américains viennent d’autoriser des frappes pour soutenir une rébellion « Nouvelle Syrie » face a l’EI dans une action offensive, mais aussi de manière défensive le régime syrien s’il lance des attaques.
    Petit à petit ça va s’avancer et l’affaire finira a Damas, dans moins de 2 ans.Car si de nombreux bastions du régime arrivent a maintenir leurs positions, avec une ou deux bombes aérienne, c’est mort.Que fera Damas? ils se vengeront au risque d’une contre attaque qui mettra le régime a terre?
    Le grignotage viendra semaines après semaines

  6. Bonne nouvelle, cette expérience montre toute la souplesse opérationnelle (et mentale) de l’armée de l’air entre « spécialités. » Peu de moyens mais une belle réactivité.

  7. Faut-il aussi y voir une meilleure répartition / partage des missions / honneurs au profit des équipages? A moins que les équipages ne tournent entre escadrons, il doit être plus passionnant en ce moment de guerroyer en « islamistan » que de dissuader on ne sait pas qui (sans remettre en cause le concept, je précise pour les esprits chagrins), et il doit en outre s’agir d’un facteur de motivation du personnel. Les médailles, tout le monde prétend s’en moquer, mais personne ne les refuse… Bref, l’utile de la gestion des potentiels « avion » rejoint celui de la gestion / fidélisation des équipages.

Les commentaires sont fermés.