À nouveau visés, les observateurs de l’OSCE vont revoir leurs opérations dans l’est de l’Ukraine

Au cours de ces derniers jours, les observateurs de la mission envoyée dans le sud-est de l’Ukraine (Donbass) par l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) afin de contrôler le respect de la trêve entre les forces ukrainiennes et les séparatistes soutenus par la Russie ont été pris pour cible au cours de trois incidents distincts.

Ainsi, le 27 juillet, une patrouille de l’OSCE a été visée par des hommes armés non identifiés dans le village de Chirokiné qui, situé entre Donetsk et Marioupol, fait partie des points chauds du Donbass. Un des observateurs, touché par des éclats de béton causés par ces tirs, souffre d’une commotion.

Ce jour, dans la région de Lougansk, des obus de mortier ont manqué de tomber sur un véhicule de l’OSCE. L’incident n’a heureusement pas fait de victime.

« Cela est inacceptable et empêche le travail des observateurs », a commenté l’OSCE. Aussi, « à la suite de ces incidents, la mission est en train de réévaluer ses activités dans certaines parties de la zone de conflit », a indiqué l’organisation.

Ce n’est pourtant pas la première fois que les observateurs de l’OSCE sont visés, délibérément ou indirectement. En septembre 2014, deux de leurs véhicules avaient été touchés et même gravement endommagés par des obus dans le secteur de Donetsk. Plus tard, en novembre, un convoi de l’organisation avait essuyé des tirs  près de Mariinka.

Pendant un moment, il avait été envisagé un soutien de la France et de l’Allemagne à cette mission de surveillance de l’OSCE, notamment avec le déploiement de drones tactiques. Puis il n’en a été finalement plus question, en raison de contraintes juridiques.

Quoi qu’il en soit, malgré les accords de Minsk 2, obtenus en février dernier, les combats sont quasiment quotidiens dans le Donbass. Le gouvernement ukrainien a encore déploré, ce 28 juillet, la mort d’un de ses soldats et indiqué que 12 autres avaient été blessés, sans donner plus de détails. Les autorités séparatistes ont quant à elle avancé le bilan de deux femmes âgées tués lors de bombardements ayant visé la ville le Gorlivka, près de Donetsk.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].