L’épave d’un mini sous-marin a été découverte dans les eaux suédoises

som-20150728

L’automne dernier, la marine suédoise était en émoi après le signalement, dans l’archipel de Stockholm, d’une présence sous-marine suspecte. Quelques semaines plus tard, elle confirma qu’une « puissance étrangère a(vait) violé l’intégrité territoriale suédoise ». Pour le moment, on n’en sait pas plus…

Aussi faut-il être prudent avant d’établir un rapport avec cette affaire et l’annonce, faite le 27 juillet, de la découverte d’une épave de ce qui semble être un mini sous-marin par la société Ocean X Team.

« Le sous-marin est complètement intact, n’a pas de dégâts visibles sur la coque et les écoutilles sont fermées. C’est pourquoi on redoute que l’équipage n’a pas pu s’échapper quand le sous-marin a coulé », a raconté Stefan Hogeborn, l’un des plongeurs, dans le communiqué diffusé par Ocean X Team.

Le submersible, dont des images ont pu être prises grâce à un robot sous-marin filoguidé, mesurerait environ 20 mètres pour 3,5 mètres de large.

« On ne peut dire si le sous-marin est récent et depuis combien de temps il repose sur les fonds marins, mais les lettres cyrilliques sur la coque indiquent qu’il est russe », a précisé Ocean X Team. L’épave, selon le quotidien Expressen, se trouverait à 1,5 mille au large de la Suède centrale.

Pour le moment, il est impossible de tirer des conclusions sur l’âge de l’épave en fonction des images diffusées par Expressen. Toutefois, certains spécialistes estiment qu’il peut s’agir d’un sous-marin russe datant de la Première Guerre Mondiale.

À l’époque, la Marine impériale russe mettait en oeuvre plusieurs types de sous-marins dont l’histoire est documentée. Si l’on écarte les submersibles de type Bars, Kaïman, Karp, Kasatka, Morj et Narval parce que leurs caractéristiques ne correspondent pas à l’épave découverte, il reste à se pencher sur ceux des classe « Holland Design 27B », Osetr et Som.

S’agissant des sous-marins de la classe Holland Design 27B, trois exemplaires furent construits. L’un sombra à Saint-Petersbourg, un second coula en 1915 en mer Blanche tandis que le dernier fut désarmé en 1918. Ceux de type Osetr furent tous désarmés avant le début de la Premier Guerre Mondiale (le dernier le sera en 1914).

Quant aux submersibles de la classe Som, construits à 7 exemplaires, 4 furent capturés par la marine allemande, deux se sabordèrent à Sébastopol en 1919 et un, celui qui donna le nom de cette série, coula en 1916 dans la Baltique après être entré en collision avec l’Angermanland, un bateau à vapeur battant pavillon suédois.

Les sous-marins de la classe Som affichaient une longueur de 20 mètres pour 3,5 mètres de large… Ce qui correspond aux caractéristiques de l’épave données par Ocean X Team. Ces submersibles, de conception américaine (mais fabriqués en Russie) étaient mis en oeuvre par un équipage de 20 marins.

L’épave retrouvée serait-elle celle du Som? Sans doute qu’une prochaine expédition, qui permettra d’examiner ce sous-marin de plus près, permettra de le dire ou pas.

En attendant, la marine suédoise se veut prudente. « Ce sont eux qui affirment qu’il s’agit d’un sous-marin », a réagi Anders Kallin, le porte-parole des forces armées suédoises, à la diffusion du communiqué d’Ocean X Team. « Nos analystes n’ont pas encore rendu leurs conclusions et veulent voir plus d’images que l’entreprise va nous communiquer », a-t-il poursuvi. « Nous attendons la conclusion de nos analystes et ne voulons pas spéculer », a-t-il ajouté, avant de promettre une réponse d’ici les prochains jours.

Photo : Sous-marin « Beluga », appartenant à la classe « Som », de la Marine impériale russe

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].