Archives quotidiennes : vendredi, 24 juillet, 2015

Environ 3.000 soldats irakiens formés par la coalition sont engagés dans la reconquête de Ramadi

La stratégie de la coalition anti-État islamique (EI ou Daesh) emmenée par les États-Unis repose notamment sur l’appui aérien au profit des forces terrestres locales au contact des jihadistes et sur la formation d’unités de l’armée irakienne et de rebelles syriens non affiliés à des organisations radicales. Ce plan ne manque pas de susciter des

Le constructeur naval DCNS a dévoilé ses orientations stratégiques

En 2009, le constructeur naval DCNS, alors dirigé par Patrick Boissier, avait lancé le plan « Championship » avec l’objectif de doubler, d’ici 2018, son chiffre d’affaires, pour le porter à 5 milliards d’euros, notamment en étant plus performant à l’exportation et en misant sur le nucléaire civil et le développement des énergies renouvelables. Six ans plus

Centrafrique : M. Le Drian donne un satisfecit à la force Sangaris

Le 5 décembre 2013, le président annonçait le lancement de l’opération Sangaris en République centrafricaine, alors en proie à des massacres intercommunautaires entre avec d’un côté, les ex-rebelles de la Séléka, une coalition à dominante musulmane, et, de l’autre, les miliciens anti-balaka, essentiellement chrétiens. Quelques mois plus tôt, alors que les regards étaient tournés vers

Général Paloméros : L’Otan a joué « un rôle essentiel pour le maintien de la paix en Europe depuis 70 ans »

Dans un récent éditorial vidéo au sujet d’un éventuel « grexit », le directeur de L’Express, Christophe Barbier, estimait que la fin de la monnaie unique allait provoquer celle de l’Europe [ndlr, de l’Union européenne]. « On retournera aux nations, au nationalisme et à la guerre », a-t-il dit, en justifiant l’idée qu’il faudrait plus de fédéralisme au niveau

L’aviation turque a bombardé des positions de l’État islamique en Syrie

Le 20 juillet, à Suruç, dans le sud de la Turquie, un attentat suicide a fait 32 tués lors d’un rassemblement de militants pro-kurdes qui devaient participer à la reconstruction de Kobané, la ville du kurdistan syrien qui en partie détruite après avoir résisté aux assauts des jihadistes l’État islamique (EI ou Daesh). Quelques heures