Ceux de 14 (10) : Le chasseur Albert Roche, premier soldat de France

roche-20150719

Il y a au moins un point commun entre le capitaine aviateur Georges Guynemer et le chasseur Albert Roche : l’armée ne voulut pas d’eux quand ils se présentèrent au conseil de révision, les ayant jugés « trop chétifs ». Et cela, malgré leur « ténacité indomptable », leur « énergie farouche » et leur « courage sublime ».

Seulement, la postérité aura retenu Guynemer (grâce au prestige de l’aviation, à l’époque…) mais oublié le chasseur Albert Roche, qui fut pourtant, selon les mots du maréchal Foch, le « premier soldat de France ».

Né le 5 mars 1895 à Réauville (Drôme), Albert Roche est le troisième garçon d’une famille nombreuse de cultivateurs. À l’âge de 18 ans, le conseil de révision le réforme en raison de sa faible constitution. Ce n’est que partie remise…

Quand la Première Guerre Mondiale éclate, le jeune paysan veut s’engager coûte que coûte, contre l’avis de son père. Il s’enfuit alors de chez lui et rejoint le camp d’instruction d’Alban (Tarn). Cette fois, les médecins militaires ne font pas la fine bouche : Albert Roche est affecté au 30e Bataillon de Chasseurs.

Mais sa période d’instruction se passe mal : mal noté, « chambré », il s’enfuit à nouveau. Repris, il est envoyé en prison pour désertion. Il dira alors : « Les mauvais soldats, on les expédie là-haut, et moi je veux aller où l’on se bat ». Il sera servi.

Affecté au 27e Bataillon de Chasseurs Alpins, alors engagé dans l’Aisne, Albert Roche ne tarde pas à se distinguer. Volontaire pour aller détruire un nid de mitrailleuses allemandes, il rampe, pendant la nuit, jusqu’à la tranchée ennemie, atteint le tuyau du poêle autour duquel s’étaient rassemblés les soldats de la position à neutraliser et y fait tomber des grenades. La mission est accomplie : le jeune Albert revient dans ses lignes avec les mitrailleuses et 8 prisonniers.

Ce « coup » ne sera pas le dernier. Toujours volontaire pour les missions les plus périlleuses, le chasseur Roche fera, au total, et à lui seul, 1180 prisonniers!

« De l’audace, toujours de l’audace » disait Danton… Albert Roche n’en a jamais manqué. Comme ce jour où, seul survivant de sa tranchée, en Alsace, il tire avec les fusils de ses camarades tués, disposés en différents endroits pour faire croire à l’ennemi que la position française est toujours aussi solidement défendue. Ce dernier tombe dans le panneau et abandonne son attaque.

De l’audace, il en fit encore preuve quand, capturé avec son lieutenant au cours d’une mission de reconnaissance, il réussit à subtiliser l’arme de l’officier qui l’interrogeait, à le tuer et à ramener 42 prisonniers allemands, avec son chef blessé sur le dos.

Toutefois, malgré ces faits d’armes, Albert Roche a bien failli être fusillé après une offensive de la bataille du Chemin des Dames, lors d’une affaire qui ne manque pas de rapeller le fim « Les sentiers de la gloire » de Kubrick…

Son capitaine gravement blessé, le chasseur rampe sous le feu pour le ramener vers les lignes françaises. Une fois l’officier confié aux bons soins des brancardiers, épuisé, il s’endort dans un trou de guetteur. Une patrouille passant par là le prend pour un déserteur.

Et il n’y a pas d’explication qui tienne : Albert Roche passera devant le peloton d’exécution pour abandon de poste! Il ne sera sauvé qu’à la dernière minute : son capitaine, sorti du coma, a confirmé son histoire et l’a disculpé.

En dépit de ses 9 blessures reçues au feu et de ses exploits, Albert Roche terminera la guerre comme il l’a commencée : c’est à dire en tant que 2e classe. Mais un 2e classe avec la Légion d’Honneur, la Médaille Militaire, la Croix de Guerre avec 4 citations et 8 étoiles et la Croix du combattant volontaire.

En 1920, il fera partie des 7 combattants chargés de désigner le Soldat Inconnu et d’escorter sa dépouille jusqu’à l’Arc de Triomphe. Il sera également invité à la table du roi Georges V d’Angleterre lors des obsèques du maréchal Lord French, en 1925, aux côtés du général Gouraud.

Par la suite, Albert Roche retrouve la vie civile. Il devient cantonnier, puis pompier à la poudrière de Sorgues. Après avoir affronté mille dangers, il meurt le 15 avril 1939, fauché par une voiture alors qu’il descendait d’un bus.

Le destin singulier d’Albert Roche interroge. Au regard des ses états de service, pourquoi n’a-t-il pas été promu quand il était sous les drapeaux? Pourquoi a-t-il été oublié alors que son parcours aurait pu inspirer tant d’autres? La République est bonne fille dit-on… Mais elle sait, hélas, aussi se montrer parfois ingrate avec ceux qui l’ont bien servie…

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].