Il y a au moins un point commun entre le capitaine aviateur Georges Guynemer et le chasseur Albert Roche : l’armée ne voulut pas d’eux quand ils se présentèrent au conseil de révision, les ayant jugés « trop chétifs ». Et cela, malgré leur « ténacité indomptable », leur « énergie farouche » et leur « courage sublime ». Seulement, la postérité aura