Quatre militaires américains tués lors d’une fusillade à Chattanooga

abdulazeez-20150717Un homme au volant d’une Ford Mustang couleur argent a ouvert le feu, le 16 juillet, sur un centre de recrutement de l’armée américaine situé à Chattanooga (Tennessee), avant d’en faire de même avec un centre de réservistes de l’US Navy, 10 km plus loin.

Si la première attaque n’a pas fait de victime, le bilan de la seconde est en revanche lourd : 4 militaires du corps de l’US Marine ont été tué et trois autres personnes ont été blessés. Quant au tireur, il a été abattu par la police.

L’identité de ce dernier n’a pas tardé à être connue : il s’agit de Mohammod Youssuf Abdulazeez (photo), un Américain âgé de 24 ans d’origine koweïtienne et palestinienne.

« Nous traitons cela comme un acte de terrorisme intérieur », a affimé Bill Killian, un responsable de la justice du Tennessee. De son côté, le FBI, en charge de l’enquête, cherche à établir si le tireur a été inspiré par l’État islamique (EI) ou un autre réseau jihadiste. « Rien ne permet pour l’instant d’établir un lien avec une de ces organisations », a toutefois déclaré un représentant de ce service fédéral.

L’auteur de la fusillade est arrivé aux États-Unis, avec ses parents, en 1996. Issu de la classe moyenne américaine, Mohammod Youssuf Abdulazeez a obtenu, en 2012, un diplôme d’ingénieur en génie électrique délivré par l’Université du Tennessee-Chattanooga.

Dans le cadre de ses études, il avait été employé comme stagiaire à la Tennessee Valley Authority, une société publique qui fournit de l’électricité, ainsi qu’à Mohawk Industries et Global Trade Express. En outre, il n’a apparemment pas fait l’objet d’une quelconque surveillance pour des motifs liés à la sécurité nationale.

En avril dernier, Abdulazeez avait eu affaire avec la police pour conduite sous l’influence de l’alcool ou de drogue. Mais ce fait ne colle pas avec la description qu’a faite de lui un de ses anciens camarades de classe.

« Au lycée, Abdulazeez était un étudiant intelligent sociable avec une propension pour les sciences et les mathématiques et un sens aigu de l’humour », a confié Terry Jones, au Los Angeles Times. Il « était profondément religieux, observait les prières cinq fois par jour et le jeûne pendant le Ramadan », a ajouté cet ingénieur de 25 ans, qui a précisé n’avoir jamais pu « lui faire boire de l’alcool et fumer des cigarettes ».

Selon le groupe SITE, qui surveille l’activité de la mouvance jihadiste sur Internet, il tenait un blog dans lequel figure seulement deux textes. Dans le le dernier, rédigé le 13 juillet, il évoque le sacrifice des « Sahaba », [ndlr, les compagnons du Prophète] qui « ont fait le djihad au nom d’Allah ». « La vie et courte et amère » et les musulmans doivent se « soumettre à Allah », a-t-il ajouté.

Quoi qu’il en soit, cette fusillade rappelle celle de Fort Hood (novembre 2009), au cours de laquelle le commandant Nidal Malik Hasan, un psychiatre de l’armée américaine, en contact avec Anwar Aulaqui, d’al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA), avait tué 13 personnes. Ou encore celle de 2013 à Navy Yard, à Washington DC, où 12 personnes furent abattues par Aaron Alexis, alors traité pour de graves problèmes de santé mentale.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].