La Chine s’inquiète des projets de loi japonais sur la défense

Officiellement, les dépenses militaires chinoises s’élèvent à 141,4 milliards de dollars (+10,1% en 2015) mais il est fort probable que ce montant soit nettement sous-évalué…

La Chine compte ainsi un porte-avions, modernise sa flotte de sous-marins et de surface à marche forcée, dispose de l’arme nucléaire, développe non pas un mais deux avions de combat furtifs (le J-20 et le J-31), des drones ainsi qu’une arme hypersonique (le Wu-14), envisage de mettre au point un bombardier stratégique, après avoir remis à jour ceux qu’elle a déjà, travaille sur la possibilité de détruire des satellites en orbite, accroît son arsenal de missiles, mise sur des capacités toujours plus étendues dans le cyberespace…

Ajoutons encore à ce tableau la mise en place d’un « collier de perles », c’est à dire de bases navales censées garantir la sécurité des voies maritimes ou encore les intimidations et la politique du fait accompli en mer de Chine méridionale, dont Pékin revendique quasiment l’entière souveraineté.

Et pourtant, la Chine s’inquiète de l’évolution de la politique japonaise en matière de défense. Ainsi, le projet présenté par le Premier ministre nippon, Shinzo Abe, qui vise à renforcer le rôle militaire du Japon sur la scène internationale en autorisant les forces d’autodéfense à intervenir à l’étranger afin de venir en aide à un allié (principe d’autodéfense collective), vient d’être adopté, ce 16 juillet, en session plénière de la Chambre basse de l’archipel. Et cela en dépit de la contestation que cette relecture de la Constitution pacifiste du pays suscite dans une partie de l’opinion.

Pour Pékin, cette première étape est un « acte sans précédent depuis la Deuxième Guerre Mondiale ». « Il est parfaitement légitime de demander si le Japon va renoncer à sa politique exclusivement tournée vers sa défense, et quitter sa trajectoire de développement pacifique », a fait valoir Hua Chunying, la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

« Nous exhortons le Japon à tirer les leçons de l’Histoire, à demeurer sur la voie du développement pacifique, à respecter les préoccupations majeures de sécurité de ses voisins asiatiques et à s’abstenir de menacer la souveraineté de la Chine », a-t-elle ajouté, avant de souligner que l’initiative japonaise intervenait à l’occasion du 70e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre Mondiale.

Pour le moment, Tokyo, dont les dépenses militaires ne sont que de 36 milliards d’euros, s’attache surtout à défendre sa souveraineté sur les îles Senkaku, objet d’un contentieux avec Pékin, qui y multiplie les incursions, avec quelques « provocations » à la clé, comme quand un navire chinois a verrouillé son radar de tir sur une frégate japonaise, en 2013…

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].