Opération Sentinelle oblige, la participation des forces armées au plan anti-feux de forêt « Héphaïstos » a été (très) réduite

hephaistos-20140627

Depuis l’an 2000, et conformément à un accord passé entre les ministères de la Défense et de l’Intérieur, les forces armées mettent à la disposition de la Sécurité civile, dans les départements de la zone EMIAZDS-Sud, des moyens militaires dans le cadre du plan Héphaïstos, lequel vise à prévenir et à lutter, le cas échéant, contre les feux de forêts.

En juin 2014, les forces armées – en particulier l’armée de Terre – avaient ainsi été sollicitée pour fournir 200 militaires, une soixantaine de véhicules et 3 hélicoptères pour une durée de l’été. En cette période de l’année, en moyenne, ce sont 25.000 hectares de végétation qui partent en fumée. Un triste record a été atteint avec la canicule de 2003 avec plus de 73.000 ha détruits.

Pour 2015, et alors que les prévisions météorologiques annoncent un début de mois de juillet particulièrement chaud, la participation des armées au plan Héphaïstos a été réduite significativement. Opération Sentinelle oblige….

Ainsi, une cinquantaine de militaires seront engagés dans cette mission (soit 4 fois moins qu’il y a un an), de même que 17 véhicules, 3 hélicoptères (fournis par le 1er Régiment d’hélicoptères de combat de Phalsbourg) et 2 camions ravitailleurs.

Dans le détail, 20 militaires seront déployés en Corse, pour armer des « modules adaptés de surveillance » (MAS). Le 19e Régiment du Génie de Besançon enverra quant à lui des détachements dans le Var et dans l’Aude. Leur mission sera, si besoin, d’ouvrer les pistes forestières aux sapeurs-pompiers pour rapprocher ces derniers des incendies éventuels.

S’agissant des 3 hélicoptères (l’an dernier, l’on comptait 2 Puma et 1 Gazelle), ils seront placés en alerte au Cannet des Maures. Ils auront à transporter les pompiers ou bien les sapeurs militaires des Unités d’instruction et d’intervention de la sécurité civile (UIISC) dans les secteurs inaccessibles ou bien à servir de poste de commandement volant.

Enfin, ce dispositif sera complété par la mobilisation de 3 officiers et 3 opérateurs de surveillance aérienne au sein de l’état-ùajor du préfet de zone de défense et de sécurité. Ils auront notamment à assurer la coordination des moyens aériens lors d’éventuelles interventions.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].