La frégate Ventôse a saisi plus de 500 kg de drogue

ventose-20150611

Depuis le début de cette année, les services de l’État ont saisi plus de 5,8 tonnes de drogues dans la zone maritime des Antilles. La Marine nationale, avec ses frégates de surveillance Germinal et Ventôse, a contribué pour une large part à ce bilan, avec plusieurs prises importantes, le plus souvent en collaboration étroite avec le Joint Interagency Task Force South (JIATF-S) basé en Floride et les autres administrations françaises concernées.

Et cela a encore été le cas dans la nuit du 3 au 4 juin. Ainsi, la frégate Ventôse, qui avait intercepté un go-fast et saisi une vingtaine de kilos de marijuana quelques jours plus tôt, a de nouveau été sollicitée pour arraisonner le « Lady Margaret », un caboteur battant pavillon d’Anguila, à 130 milles au sud-ouest de Saint-Martin.

Le bateau en question était fortement suspecté par la JIATF-S et la Direction nationale du renseignement des enquêtes douanières (DNRED) de se livrer au trafic de produits stupéfiants. Grâce à des avions de patrouille maritime américains, la frégate française, qui embarque un hélicoptère Panther de la flottile 36F, a pu intercepter le Lady Margaret sans heurt, après en avoir obtenu l’autorisation du gouverneur d’Anguila [ndlr, territoire d’outre-Mer britannique], conformément à l’article 17 de la convention de Vienne de 1988.

Une fois à bord du caboteur, l’équipe de visite de la frégate Ventôse a mis la main sur plusieurs ballots de marijuana. Au total, 524 kg de ce produit stupéfiants ont été saisis, ce qui représente près d’un million de doses.

Le Ventôse a ensuite mis le cap en direction de la base navale de Fort-de-France, où l’antenne Caraïbe de l’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (OCRTIS) a récupéré la cargaison du « Lady Margaret » afin de la détruire.

Comme le souligne le communiqué des Forces armées aux Antilles (FAA), les opérations de lutte contre le trafic de drogue sont placées sous l’autorité du préfet de la Martinique, depuis le centre opérationnel interarmées de Fort-de-France.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].