MINUSMA : Le Salvador déploie des hélicoptères MD-500 à Tombouctou

md500-20150522

Les forces armées du Salvador ont des capacités extrêmement modestes. Pourtant, entre 2003 et 2009, elles ont participé à l’opération Iraqi Freedom dans le cadre de la coalition emmenée par les États-Unis et sont régulièrement sollicitées pour des missions de maintien de la paix menée sous l’égide des Nations unies, comme en Haïti ou encore au Sud-Soudan. Et elles le sont encore pour le Mali.

En effet, la Fuerza Aérea Ejército de Salvador a envoyé à Tombouctou 3 hélicoptères légers d’attaque de type MD-500 Defender, sur les 8 qu’elle dispose. En tout, le Salvador y a déployé, au titre de la Mission des Nations unies au Mali, un détachement de 90 militaires. Et cela avec le soutien de la France et des États-Unis.

« Le contingent aérien de Minusma réalisera des activités liées au transport de personnel, à l’escorte, à la surveillance et à la reconnaissance aérienne, des missions de recherche et de sauvetage, du transport médical et des patrouilles aériennes diurnes et nocturnes », avait expliqué, en avril, le ministère salvadorien de la Défense.

Les 3 hélicoptères MD-500 Defender sont arrivés à Tombouctou le 18 mai dernier. Ils « appuieront les opérations des casques bleus déployés dans la région de nombreuses façons, notamment dans le cadre de la protection des civils » et « vont avant tout considérablement augmenter la capacité de reconnaissance », a fait valoir la Minusma.

Conçu dans les années 1970 par le constructeur américain Hugues, le MD-500 Defender peut être armé par des missiles antichar TOW ou par deux mitrailleuses M.134 de 7,62 mm. Son autonomie est relativement modeste, avec une distance franchissable de 370 km (contre, par exemple, 670 km pour un hélicoptère Gazelle).

« Quand certaines actions se produisent dans des localités très distantes de nos troupes, il faut réussir à s’y rendre au plus vite pour évaluer la situation et prendre des mesures efficaces pour la protection des civils. Cette contribution nous permettra donc de réagir rapidement aux évènements. J’insiste sur la capacité dissuasive de ces hélicoptères, qui pourront éventuellement réagir en cas de menace imminente contre la population », a expliqué le colonel suédois Peter Öberg, le commandant adjoint du Secteur Ouest de la Minusma, au sujet de cette contribution salvadorienne.

Par ailleurs, Quelques jours plus tôt, la mission des Nations unies avait indiqué que des mini-drones (RQ-20 Puma, Wasp et Shadow 200) mis en oeuvre par le contingent suédois à Tombouctou étaient désormais opérationnels.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].