Yémen : Le chasseur de mines tripartite « L’Aigle » déployé pour sécuriser le détroit de Bab el-Mandeb

Vue du b‰timent chasseur de mines tripartites M647 L'aigle.

Bien que, le 21 avril, l’Arabie Saoudite a annoncé la fin de l’opération « Tempête décisive », lancée le 25 mars au Yémen, la coalition arabe continue d’effectuer des frappes aériennes contre les positions occupées par les rebelles chiites quasiment rythme qu’avant…

Aussi, les spéculations vont bon train pour expliquer les raisons pour lesquelles Riyad a fait une telle annonce alors que, visiblement, le rythme des opérations n’a pas changé… La raison avancée par la coalition arabe est que les milices chiites restent toujours menaçantes… Il est vrai qu’elles mettent toujours en difficulté les troupes loyales au président Abd Rabo Mansour Hadi.

Quoi qu’il en soit, la situation au Yémen pose la question de la sécurité du détroit de Bab el-Mandeb. Situé entre la mer Rouge et le golfe d’Aden, ce dernier voit passer près de 40% du trafic maritime mondial.

Pour l’Égypte, il est impératif que son accès soit sûr étant donné qu’il donne accès au canal de Suez (et donc aux frais de passage). Même chose pour les monarchies du Golfe, qui ne veulent à aucun prix voir leurs exportations pétrolières bloquées, ainsi que pour Israël, dont le port d’Eilat donne sur la mer Rouge.

D’où le déploiement du chasseur de mines tripartite (CMT) L’Aigle à proximité de ce détroit, au sein d’un « task group' » de guerre des mines constitués également par des moyens américains et britanniques.

« La mission de ce task group est de s’assurer qu’aucune menace mines ne vienne entraver la libre circulation de ce détroit essentiel aux échanges économiques et qui voit passer un important trafic maritime entre la Méditerranée et l’océan Indien », explique l’État-major des armées. La mission du navire français va durer « plusieurs semaines ».

L’Aigle avait été envoyé dans le golfe arabo-persique en janvier dernier, aux côtés du CMT Andromène et avec un état-major de guerre des mines. Et cela afin d’avoir une meilleure connaissance de cette région stratégique et à participer à des exercices avec les forces navales locales et/ou alliées.

Entré en service en 1987, le CMT « L’Aigle » a la capacité de détecter, d’identifier et de détruire des mines par fonds de 10 à 80 mètres. Armé par 5 mitrailleuses (1 AA 20 mm F2

2 de 12,7 mm et autant de calibre 7,62 mm), il est mis en oeuvre par un équipage de 49 marins (5 officiers, 32 officiers-mariniers, 12 quartiers-maîtres et matelot).

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].