Voué à disparaître, le 1er Régiment d’Artillerie de Marine poursuit ses missions

1errama-20150403

En octobre 2014, le 1er Régiment d’Artillerie de Marine (RAMa), implanté à Châlons-en-Champagne, figurait sur la liste des unités appelées à disparaître dans le cadre de la restructuration des forces armées. Depuis, même s’il a été décidé de revoir le rythme des suppressions d’effectifs au sein du ministère de la Défense, aucune remise en cause des décisions prises il y a près de 6 mois n’a été annoncée.

Quoi qu’il en soit, les bigors du 1er RAMa poursuivent leurs missions. C’est ainsi que le régiment arme actuellement un Détachement de Liaison et d’appui opérationnel (DLAO) au Mali, dans le cadre de l’opération Barkhane. Signe que, malgré le spectre de la dissolution, cette unité a encore son utilité…

Via un communiqué de presse, le 1er RAMA a ainsi tenu à faire connaître sa participation à l’opération ZEKENE, évoquée brièvement dans un récent compte-rendu de l’État-major des armées (EMA). Menée du 1er au 10 mars, son objet était de mener un contrôle de zone dans la région de la forêt d’Ouagadou avec 700 militaires mauritaniens et près de 500 soldats maliens. Ces derniers étaient donc accompagnés par 40 bigors du 1er RAMa.

« Nous avons progressé de village en village dans l’objectif d’arriver à la frontière mauritanienne pour le 07 mars 2015. Lors de cette progression, nous avons pu nous rendre compte de la difficulté de circuler dans un milieu particulièrement hostile (terrain sablonneux, tempête de sable, fortes chaleurs); les quelques pannes mécaniques rencontrées nous ont conduit à mettre en oeuvre des zones de posé hélicoptère de fortune afin d’être livrés en pièces de rechange. La détermination de tout le détachement a permis d’arriver dans les délais au point de rendez-vous à la frontière mauritanienne », peut-on lire dans le texte du 1er RAMa.

Et le retour vers Tombouctou n’a pas été non plus une partie de plaisir. Mais il a été « accompli dans les temps grâce à l’aguerrissement des équipes du 1er RAMa à ce genre de missions, après deux mois de présence sur le territoire », fait valoir la cellule de communication du régiment. Et le communiqué de souligner que « les personnels du 1er  RAMa ont pu mobiliser leurs compétences et leur professionnalisme au bénéfice de cette opération transfrontalière ».

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].