Le NH-90 Caïman devient un « hélicoptère de combat ASM à part entière »

caiman-20150324

En décembre 2011, l’hélicoptère NH-90 a entamé sa carrière opérationnelle au sein de la Marine nationale. Seulement, à l’époque, cet appareil ne disposait pas encore de toutes ses capacités de lutte ASM (anti-sous-marins). Mais ce n’est plus le cas maintenant.

Dans le cadre d’une campagne d’expérimentations menée par le détachement Cepa/10S, le Caïman a en effet tiré ses premières torpilles légères MU-90 en février 2014. Il restait alors à prononcer sa capacité opérationnelle de tir cette munition. Ce qui été fait le 13 mars par l’état-major de la Marine nationale.

« C’est un jalon capacitaire majeur pour le couple FREMM/Caïman qui peut maintenant ‘traiter’ avec encore plus d’allonge les menaces sous-marines les plus modernes en toute autonomie », explique la Marine nationale, qui souligne que, désormais, cet appareil est ainsi devenu « un hélicoptère de combat ASM à part entière ».

Outre la torpille MU-90, le Caïman utilise également le système FLASH SONICS (Folding Light Acoustic System for Helicopters), qui est un sonar actif basse fréquence aéroporté fourni par Thales. Ce dernier peut être utlisé en association avec  les capacités du sonar remorqué Captas-4 et du sonar UMS 4110 qui équipent les frégates multimissions (FREMM).

Sur les 27 Caïman commandés par la Marine nationale, 13 ont déjà été livrés. Ces hélicoptères sont en mesure d’effectuer des missions ASM, de lutte anti-surface, de transport et de secours maritime (SECMAR).

Quant à la MU-90, développée par le le consortium franco-italien Eurotorp (DCNS, Thales et Wass, du groupe Finmeccanica), elle est entrée en service en 2008. Elle peut-être mise en oeuvre par les frégates (F-70, Horizon, FREMM), les avions de patrouille maritime Atlantique 2 et donc, les hélicoptères Caïman et Lynx. Dotée d’une charge creuse et d’un logiciel de dernière génération, elle est en mesure d’être utilisée en grande immersion (plusieurs centaines de mètres) ou par très petits fonds (moins de 25 mètres) pour contrer toute menace de sous-marins à propulsion conventionnelle ou nucléaire.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].