Les hélicoptères NH-90 allemands cloués au sol

nh90-20150209

Décidément, la Bundeswehr n’a pas de chance avec ses hélicoptères. Après avoir interdit de vol les Sea Lynx de la Deutsche Marine, voilà maintenant que les NH-90 font l’objet d’une mesure identique, annoncée le 6 février.

La raison de cette décision remonte à juin 2014. Un NH-90 avait alors vu un de ses moteurs prendre feu alors qu’il venait de décoller de Temez, en Ouzbékistan. L’appareil était alors engagé dans les opérations de la Bundeswehr dans le nord de l’Afghanistan.

En octobre, un rapport interne, évoqué par le quotidien Die Welt, envisageait de clouer au sol l’ensemble des NH-90 de la Bundeswehr afin de réaliser des contrôles techniques, en particulier sur les moteurs. Ce qui a donc finalement été décidé quelques semaines plus tard.

A priori, le problème qu’a rencontré le NH-90 allemand à Temez viendrait d’un défaut technique concernant un panneau de commandes. Quand l’équipage a actionné l’extincteur pour éteindre l’incendie d’une turbine, d’autres dysfonctionnements sont apparus.

En outre, la Bundeswehr a des soucis avec un logiciel qui permet de suivre la maintenance de ses hélicoptères et l’achat des pièces détachées. Selon Der Spiegel, « après une mise à jour, les données ont été mélangés de telle sorte que les techniciens ne peuvent pas connaître l’état de navigabilité des appareils ».

Ce n’est pas la première fois que la Bundeswehr a des problèmes avec ses 35 NH-90. En Afghanistan, ceux qui ont été déployés ont ainsi connu des soucis avec leur système de navigation, au point qu’une mission a dû être annulée, selon un article du Frankfurter Allgemeinen Zeitung publié en septembre 2013.

Quoi qu’il en soit, les NH-90 mis en oeuvre par l’Aviation légère de l’armée de Terre (ALAT) et la Marine nationale n’ont, a priori, pas connu les mêmes tourments que ceux en service outre-Rhin. Depuis novembre, deux hélicoptères de ce type (appelé Caïman) ont été déployés dans le cadre de l’opération Barkhane, au Mali, alors même que les conditions sont particulièrement éprouvantes dans la bande sahélo-saharienne (BSS).

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].