Le programme Scorpion est (enfin) lancé

bmx01-20140707

Enfin! Depuis le temps qu’il en est question, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian va officiellement lancer la première phase du programme Scorpion (Synergie du contact renforcée par la polyvalence et l’infovalorisation) en notifiant le marché à Nexter, Renault Truck Defense (RTD) et Thales lors d’un déplacement au 93e Régiment d’Artillerie de Montagne (RAM) de Varces, ce 5 décembre.

Le programme Scorpion est d’une importance capitale non seulement pou l’armée de Terre mais aussi pour les industriels français de l’armement terrestre (et par ricochet, pour Krauss Maffei Wegmann, le constructeur allemand dont le rapprochement avec Nexter a été annoncé en juillet dernier).

Ainsi, le programme Scorpion permettra aux forces dites de contact (ou de mêlée) de faire face aussi bien aux menaces classiques qu’irrégulières en acquérant ou en maintenant leur supériorité face à un adversaire, que ce soit par la force ou la dissuasion.

À cette fin, il devra englober trois concepts : la protection maximale (nouveaux blindages, détection et interception de projectiles, ce que l’on appelle la « protection active »), la souplesse d’action afin de pouvoir disposer de la mobilité tactique et la notion de « justes effets » (ou de « force maîtrisée), qui consiste à adapter l’usage de la force au concept. Le tout avec des plateformes de combat connectées entre-elles (l’on parle de bulle opérationnelle aéroterrestre).

Et cela passe par la mise au point et l’acquisition de nouveaux véhicules blindés, ainsi que par la modernisation des chars Leclerc afin de les faire durer jusqu’en 2040. Et pour l’armée de Terre, qui met en oeuvre des VAB (véhicules de l’avant-blindé) qui sont souvent deux fois plus âgés que leurs conducteurs, ce ne sera pas un luxe!

La première tranche du contrat qui sera notifiée pour 752 millions d’euros, concerne le développement du Véhicule blindé multirôles (VBMR), appelé à succéder au VAB, et de l’Engin blindé de reconnaissance et de combat (EBRC), qui, doté d’une tourelle  T-40 CTAS à munitions télescopées remplacera le char léger AMX-10 RC et l’ERC-90 Sagaie.

Dans un premier temps, il est prévu de commander 780 VBMR et 110 EBRC. Ces véhicules seront progressivement livrés jusqu’en 2025, dont seulement 92 VBMR dans le cadre de l’actuelle Loi de programmation militaire (LPM). Ce programme devrait coûter 5 milliards d’euros, dans la mesure où, au total, l’armée de Terre attend la livraison de 2.080 VBMR (dont 358 en version légère) et de 248 EBRC.

S’agissant plus précisément du VBMR, la future bête de somme des forces terrestres, il devra avant tout être très mobile et polyvalent grâce à différents kits qui permettront de le configurer au gré des besoins. Avec un volume de 14 m3 (contre 10 m3 pour les VAB), il se déclinera en seulement 6 variantes (29 pour les VAB). En version combat d’infanterie, par exemple, il pourra emporter 2+8 combattants FELIN avec une réserve pour un homme supplémentaire. Enfin, il devra être rustique et simple de conception, avec l’emploi de technologies éprouvées, l’idée étant qu’il soit le plus fiable possible pour maintenir un taux élevé de disponibilité et facilité les opérations de maintenance (et donc leurs coûts).

Photo : Le démonstrateur BMX-01 de RTD

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].