Le dispositif de l’opération Chammal va être renforcé

m2000d-20141119

Au cours de la nuit du 18 au 19 novembre, deux Rafale engagés dans l’opération Chammal – nom de la participation française à la coalition anti-Daesh (État islamique, EI) – ont effectué de nouvelles frappes dans le nord de l’Irak contre un « ensemble de tranchées utilisées » par les jihadistes pour « tenir le siège de Kirkouk ».

Et l’État-major des armées (EMA) de préciser : « Cette action a été complétée par des frappes simultanées de nos alliés, permettant de créer une brèche dans le système défensif des terroristes au niveau de la ligne de front entre les forces irakiennes et les combattants du groupe autoproclamé Daech ».

Actuellement, les moyens français déployés au sein de la coalition emmenée par les États-Unis reposent sur la frégate anti-aérienne Jean Bart, intégrée à la Task Force 50, onstituée autour du porte-avions USS Carl Vinson ainsi que sur 9 Rafale, 1 avion de patrouille maritime Atlantique 2 pour les missions de renseignements et 1 ravitailleur C-135 FR. Tous ces appareils sont basés à al-Dhafra, aux Émirats arabes unis. Aussi, les missions des équipages sont longues…

Quant à l’E3F Awacs, engagé dans l’opération Chammal il y a 3 semaines, il vient de regagner la France après avoir effectué 9 missions au-dessus de l’Irak consistant à assurer le commandement et la conduite des opérations. Cette décision s’explique par le nombre d’appareils de ce type mis en oeuvre par l’armée de l’Air, qui en compte seulement 4, dont 1 en cours de modernisation. Qui plus, ces avions sont très demandés actuellement, avec les mesures de « réassurances » prises par l’Otan en faveur des pays baltes et de la Pologne.

Cela étant, et alors que l’idée de déployer d’autres avions de combat en Jordanie est dans l’air, Stéphane Le Foll, qui est à la fois le ministre de l’Agriculture et le porte-parole du gouvernement, a annoncé, ce 19 octobre, sur BFMTV, un renforcement prochain du dispositif de l’opération Chammal.

« Je n’ai pas ce matin de chiffre des Mirage qui seront envoyés ni à préciser où ils iront. Je sais une chose: dans cette bataille, dans cette guerre, la France va renforcer son dispositif », a-t-il déclaré.

Il serait question d’envoyer entre 3 et 6 Mirage 2000D, de la base aérienne 133 de Nancy-Ochey, en Jordanie, où sont déjà déployés les F-16 belges et néerlandais. Et, selon le quotidien La Provence, le Transport de chalands de débarquement (TCD) Siroco, qui sera désarmé l’an prochain, serait chargé d’acheminer le matériel nécessaire à ce renforcement dans un port jordanien. Ce que l’État-major des armées s’est refusé à confirmer, pour des raisons de sécurité opérationnelle.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].