Une troisième frappe française a détruit 2 véhicules jihadistes dans la région de Tikrit

chammal-20141020

Le 25 septembre dernier, deux Rafale de l’Escadron de chasse 3/30 Lorraine ont détruit 4 hangars abritant du matériel militaire de l’État islamique (EI ou Daesh) près de Falloujah.

Depuis, les 6 Rafale du Lorraine, basé à al-Dhafra, aux Émirats arabes unis, ont été rejoints par trois autres avions fournis par les escadrons 1/7 Provence et 2/30 Normandie-Niémen afin de doubler le rythme des patrouilles dans le nord de l’Irak. En outre, la frégate anti-aérienne Jean Bart a également été déployée dans le golfe arabo-persique pour soutenir les missions de la coalition emmenée par les États-Unis.

Après ce renforcement, il aura fallu attendre près d’un mois pour voir l’aviation française frapper à nouveau un position jihadiste. En effet, l’État-major des armées (EMA) a fait savoir, ce 20 octobre, que deux « pick-up terroristes » avaient été détruits la veille au cours d’un vol dit de « dynamic targeting » (reconnaissance armée) effectué par 2 Rafale, dotés chacun d’une nacelle de désignation Damoclès.

Les coordonnées des cibles ont été transmises aux avions français en cours de vol. « Après leur identification et la confirmation de leur caractère hostile par les pilotes des Rafale », explique l’EMA, elles ont été détruites par trois bombes guidées laser GBU-12. Le raid a eu lieu dans la région de Tikrit, à 200 km au nord de Bagdad, entre 12h15 et 13h15 (heure de Paris).

« Cette frappe s’inscrit dans le cadre de l’appui de la coalition à l’offensive des forces armées irakiennes dans la région de Baiji-Tikrit », a précisé l’EMA.

Faute de pouvoir décoller d’une base plus proche du théâtre des opérations, la mission des deux Rafale a duré environ 8 heures. Ils ont été ravitaillés en vol à 5 reprises par des avions ravitailleurs américains et un A330 MRTT australien (désigné KC-30A).

Pour rappel, le dispositif français pour l’opération Chammal compte, outre les 9 Rafale et la frégate Jean Bart, 1 avion de patrouille maritime Atlantique 2 ainsi qu’un ravitailleur C-135FR.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].