Le 1er Régiment d’Artillerie de Marine fermera ses portes d’ici l’été 2015

En juin dernier, le député-maire de Châlons-en-Champagne, Benoist Apparu, avait eu l’idée de poser en treillis avec, à ses côtés, le conseiller général (PS) Rudy Namur, le président de l’agglomération châlonnaise, Bruno Bourg-Broc et le président de la CCI, Michel Gobillot, pour les besoins d’une publicité visant à défendre le 1er Régiment d’Artillerie de Marine (RAMa), dont la rumeur disait à l’époque que son existence était menacée.

Ville de garnison, Châlons-en-Champagne abrite non seulement le 1er RAMa mais aussi l’état-major de la 1ère Brigade Mécanisée (BM). Qui plus est, la Marne a subi de plein fouet les mesures de restructurations du ministère de la Défense au cours de ces dernières années (pensons à la base aérienne de Reims par exemple).

Mais Benoist Apparu n’avait pas joué cette seule carte pour défendre une présence militaire dans la ville dont il est maire. « Il serait plus rentable pour l’État de vendre des casernes dans des villes en pleine croissance plutôt que dans une région où la population décroît », avait-il fait valoir.

Au total, la ville de Châlons compte actuellement 1.200 militaires, ce qui, avec les familles, représente 3.000 habitants, soit 6,5% de la population. Et cela a bien évidemment un impact économique notable.

Seulement, le ministère de la Défense ne l’a pas entendu de cette oreille. D’ailleurs, comme il se disait à l’époque d’un précédent gouvernement au sein duquel M. Apparu était ministre du Logement, « l’armée n’a pas vocation à faire de l’aménagement du territoire »…

Ainsi, à l’issue d’un entretien au ministère de la Défense, M. Apparu a indiqué que le 1er RAMa allait être dissous d’ici l’été 2015. « Le maintien de l’activité militaire sur Châlons n’est pas possible », lui a-t-on expliqué à l’Hôtel de Brienne. Ainsi, 960 postes seront concernés par cette décision. Et l’état-major de la 1ère BM connaîtrait également le même sort, d’après le quotidien L’Union/L’Ardennais.

Le 1er RAMa est le plus ancien régiment des Troupes de Marine et… le plus décoré de l’artillerie, avec pas moins de 15 noms de bataille inscrits dans les plis de son Étendard (Lützen 1813, Mexique 1838-1863, Sébastopol 1855, Bazeilles 1870, Sontay-Langson 1883-1884, Dahomey 1892, Madagascar 1895, Champagne 1915-1918, AFN 1952-1962). Il est actuellement doté de 12 Caesar (camion équipé d’un système d’artillerie), 16 mortiers de 120 mm, de VOA (véhicule d’observation de l’artillerie), de drones de reconnaissance au contact (DRAC) et de radars de tir pour l’artillerie de campagne (RATAC).

D’autres annonces concernant les unités appelés à disparaître dans le cadre des réductions d’effectifs supportées par les armées sont attendues le 15 octobre.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].