La Direction générale de l’armement réceptionne le premier Rafale M F1 porté au standard F3

rafale-20140603

Les 10 premiers Rafale M livrés à la Marine nationale, en 2001, avaient été livrés au standard F1. Autrement dit, n’ayant qu’une capacité de défense aérienne, il ne s’agissait pas d’avions multirôles, comme le sont ceux qui, par la suite, entrèrent en service au sein de l’armée de l’Air et de l’aéronautique navale.

Avec l’arrivée des premiers Rafale F2 (dotés de capacités de frappes au sol) à la Flottille 12F, la Marine nationale décida de mettre sous cocon les 10 appareils du standard F1 afin de garder une flotte homogène, avec l’idée de les « rétrofiter » directement à la version F3 dès que possible. La décision de principe concernant cette opération fut prise en 2009. Restait à attendre l’enveloppe budgétaire nécessaire… sachant que le coût de cette transformation était alors équivalent, selon les estimations de l’époque, à celui de 3 avions neufs.

Le chantier a véritablement commencé en novembre 2011. Les appareils doivent d’abord passer par l’Atelier industriel de l’aéronautique (IAI) de Clermont-Ferrand pour y être « déshabillés » (démontage des tuyauteries et des câbles) pour y subir quelques 2.200 modifications de structures afin de permettre l’installation des équipements du standard F3. Ensuite, les avions sont pris en charge par Dassault Aviation pour être intégrés à la chaîne d’assemblage des Rafale F3.

C’est ainsi que le premier avion « rétrofité » a été réceptionné le 3 octobre par la Direction générale de l’armement (DGA), qui précise que la transformation de ces 10 Rafale (M1 à M10) devrait coûter au final 240 millions d’euros (soit 60 millions de moins par rapport aux estimations qui avaient été avancées en 2009).

Les livraisons des 10 Rafale transformés prendra fin en 2017. Ces appareils remplaceront les Super Étendard Modernisés (SEM) de la Flottille 17F, dont les derniers exemplaires seront retirés du service en 2016.

« Outre la défense aérienne, les capacités d’attaque au sol, de ravitaillement en vol, les Rafale Marine standard 3 disposent de capacités de lutte antinavires, de reconnaissance, de désignation laser et d’illumination autonome, et de frappe nucléaire », rappelle la DGA.

Pour rappel, la Marine nationale a reçu son premier Rafale de la tranche 4 (c’est à dire de la 4e tranche de production du programme) en juin dernier. Les appareils de cette série disposent d’un HUD (viseur tête haute) perfectionnés, des écrans avec une résolution d’image améliorée, un décodeur et interrogateur IFF, d’un détecteur départ missile nouvelle génération (DDM NG) et surtout d’un radar à antenne active RBE2 AESA (Active Electronically Scanned Array).

Les commentaires sont fermés.