Les garde-côtes américains ont retiré du service leurs derniers avions Dassault HU-25 « Guardian »

Composante des forces armées américaines, l’US Coast Guard (USCG) assure des missions relevant de l’action de l’État en mer sous la direction du département américain de la Sécurité intérieure. En temps de guerre, cette unité est susceptible de passer sous le commandement de l’US Navy.

Pour ses missions, l’USCG dispose bien évidemment de moyens aériens pour la surveillance maritime et les opérations de sauvetage. Dans les années 1970, trois avionneurs – Cessna, Rockwell et Dassault – répondirent à un appel d’offres visant à remplacer ses vieux Grumman HU-16 Albatross.

Parmi les propositions reçues, deux sortirent du lot : le Mystère XX de Dassault et le Sabreliner de Rockwell. Étant donné que le second était déjà en service au sein de l’US Navy, tout laisser supposer qu’il allait être retenu par l’USCG. Erreur! En 1979, l’appareil français fut sélectionné sous la dénomination HU-25 « Guardian ».

Selon les termes du contrat portant sur une quarantaine d’appareils conclu entre Paris et Washington, les futurs HU-25 Guardian devaient être assemblés aux États-Unis. Ce qui fut fait par l’entreprise Falcon Jet Corp, filiale américaine de Dassault Aviation implantée à Little Rock (Arkansas). Les premiers avions entrèrent en service à partir de février 1982. Tous furent livrés en décembre 1983.

Au fil du temps, les HU-25 « Guardian » ont été progressivement modernisés avec l’intégration de nouveaux capteurs (radar à visée latérale, radar doppler APG-66, radar à ouverture synthétique, etc…). Et, pendant 32 ans, ils ont assuré des missions de recherche de sauvetage, de lutte contre les trafics et de protection de l’environnement. Ils ont même été engagés en 1991 au Koweït, alors que les puits de pétrole de l’émirat avaient été incendiés par les forces irakiennes lors de leur retrait.

La vitesse du HU-25 « Guardian » aura été un élément déterminant : quand il s’agit de porter secours, il n’y a en effet pas de temps à perdre : chaque minute gagnée peut sauver des vies. En outre, cet appareil a fait l’unanimité auprès de ceux qui ont eu à le piloter.

Il faut désormais en parler au passé car le dernier exemplaire a été retiré du service le 23 septembre dernier, sur la base de Corpus Christi, au Texas. Les 41 HU-25 « Guardian » sont remplacés par des HC-144A « Ocean Sentry », dérivés du CN-235 d’Airbus Defense & Space, ainsi que par 14 HC-27 Spartans (version modifiée du C-27 d’Alenia), c’est à dire par des appareils à hélices (turbopropulseurs).

Ces derniers sont bien évidemment moins rapides que les Guardian mais ils ont une capacité d’emport nettement plus élevée et peuvent rester plus longtemps sur une zone de recherche. Cela étant, le retrait des avions de Dassault marque la fin d’une époque au sein de l’USCG, qui ne dispose plus de « jets », hormis 2 Gulfstream 5s/VC-37s et 1 Challenger 604/VC-143.

En France, la Marine nationale utilise encore des dérivés du Mystère/Falcon 20, avec le Falcon 200 Gardian (conçu sur la base du HU-25). Ces appareils sont mis en oeuvre par la Flottille 25F et ne sont utilisés qu’outre-Mer. Un autre est (ou était?) en service à l’École du personnal navigant d’essai et de réception (EPNER) de la Direction générale de l’armement (DGA).

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].