Archives quotidiennes : lundi, 25 août, 2014

Le commandant Athos, un héros parmi tant d’autres…

En cette période de commémoration du 70e anniversaire des combats de la Libération, les projecteurs sont mis sur les principaux faits d’armes de la Résistance. Des noms de grands résistants sont plus souvent cités que d’autres, qui n’ont pourtant pas démérité, loin de là. Combien sont-ils, ces héros anonymes, qui prirent tous les risques pour

Nigeria : Le chef de Boko Haram place ses conquêtes dans le « califat islamique »

Visiblement, le groupe jihadiste Boko Haram, surtout présent dans le nord du Nigeria et qui tend à prendre pied au Cameroun, a changé de stratégie, passant de la guérilla à une logique de conquête. Et l’exemple donné par « l’État islamique » en Irak et en Syrie n’y est pas étranger. Ainsi, après avoir apporté son soutien, 

Le président ukrainien promet 2,2 milliards d’euros pour équiper les forces armées

Lors d’un discours prononcé lors d’un défilé militaire organisé sur la place Maïdan à Kiev, à l’occasion du 23e anniversaire de l’indépendance de l’Ukraine, proclamée à la chute de l’Union soviétique, le président Porochenko a promis d’investir plus de 2,2 milliards d’euros en faveur de l’équipement des forces armées ukrainiennes, lesquelles sont aux prises, depuis

Berlin autorise Rheinmetall à ouvrir une usine en Algérie pour fabriquer des véhicules blindés

Le ministre allemand de l’Économie, le social-démocrate Sigmar Gabriel, a affiché, à plusieurs reprises, son intention de limiter les exportations de matériels militaires des industriels de l’armement d’outre-Rhin en revenant aux règles très strictes adoptées en la matière par Berlin en 2000. La semaine passée, encore, il avait appelé l’industrie allemande de la défense à

L’Iran prétend avoir abattu un drone israélien vers le site nucléaire de Natanz (MàJ)

L’accord intérimaire concernant le programme nucléaire iranien de Genève, conclu en novembre 2013 par l’Iran et le groupe 5+1 (États-Unis, France, Royaume-Uni, Russie, Chine, Allemagne), devait durer 6 mois. Pendant cette période, Téhéran a pris l’engagement de suspendre ses activités nucléaires – soupçonnées d’avoir un volet militaire – en échange d’une suspension partielle des sanctions