Un avion SU-27 russe a intimidé un appareil de reconnaissance américain

rc135-20140604

Un peu plus d’un mois après les faits, le Pentagone rendu public, le 3 juin, un incident aérien ayant eu lieu le 23 avril dernier, au-dessus de la mer d’Okhotsk, bordée au nord par la presqu’île du Kamchatka, au sud par l’île japonaise d’Hokkaïdo et fermée par l’archipel des Kouriles, lequel fait l’objet d’un contentieux entre Tokyo et Moscou.

Que s’est-il passé? Selon le colonel Steven Warren, le porte-parole du Pentagone, « un  Sukhoï 27 a intercepté un RC-135 de l’US Air Force qui effectuait une mission de routine ans l’espace international au-dessus de la mer d’Okhotsk ».

Le chasseur russe est passé « devant le nez de l’appareil américain à une trentaine de mètres environ », puis a clairement fait comprendre aux pilotes qu’il était armé de missiles air-air. En outre, aucune communication radio entre les deux avions n’a pu être établie. Cette manoeuvre a mis « la vie de l’équipage en danger », a ajouté le porte-parole, pour qui il s’agit de la « plus dangereuse » depuis des années.

Le RC-135 est un avion utilisé pour des missions de renseignement. Plusieurs versions de cet appareil ont été développées depuis son entrée en service, en 1965. En l’occurrence, l’appareil impliqué dans cet incident serait un RC-135 U « Combat Sent », spécialisé dans le recueil de renseignements techniques sur les radars. Son équipage se compose notamment de 2 pilotes, 2 navigateurs, 3 ingénieurs systèmes, de 10 spécialistes de guerre électronique. L’US Air Force en dispose de 2 exemplaires, lesquels sont mis en oeuvre par le 55th Wing, basé à Offutt, dans le Nebraska.

D’après le colonel Warren, le général Martin Dempsey, le chef d’état-major interarmées, et Chuck Hagel, le secrétaire à la Défense, ont fait part de « leurs inquiétudes » après cet incident auprès de leurs homologues russes.

A priori, le Pentagone ne souhaitait pas communiquer sur cet incident. Il a en fait été contraint de le faire après des révélations publiées par le Washington Free Beacon. Pourquoi avoir mis cette information sous le coude? Interrogé sur ce point, le colonel Warren a botté en touche. « Je n’ai pas de bonne réponse à vous donner », a-t-il dit.

Pour rappel, le 12 avril, un avion russe de type SU-24 avait effectué plusieurs passes au-dessus du destroyer USS Cook, alors en mission dans les eaux de la mer Noire. Là, le Pentagone n’avait pas tardé à dénoncer cet incident, en parlant d’une action  « provocatrice et non professionnelle ».

Par ailleurs, les incursions d’avions russes, notamment des Tupolev TU-142, spécialisés dans la lutte anti-sous-marine et la patrouille maritime, sont relativement fréquentes aux abords de l’île d’Hokkaïdo, obligeant ainsi l’aviation nippone à intervenir.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].