Placement en détention provisoire requis pour un légionnaire ayant tué son agresseur présumé

Le parquet de Paris a ouvert une information pour « homicide volontaire » à l’encontre d’un légionnaire de 27 ans qui, dans la nuit du 3 au 4 mai, devant la Gare du Nord, à Paris, a mortellement blessé un homme avec une arme blanche. Le placement en détention provisoire du militaire a été requis, selon Le Parisien.

D’après une source proche de l’enquête, contactée par l’AFP, le juge à qui le dossier sera confié devra vérifier s’il s’agit effectivement d’un cas de légitime défense, comme l’affirme le légionnaire, et déterminer le caractère intentionnel ou non de l’homicide.

Toujours selon la même source, 7 coups de couteau auraient été portés à l’agresseur présumé, qui, d’après le Parisien, était « très défavorablement connu des services de police, notamment pour usage de stupéfiants, escroquerie, violences volontaires et extorsion ».

Selon le légionnaire impliqué, engagé au 1er Régiment Etranger de Génie (REG), un homme lui aurait proposé de la drogue alors qu’il se trouvait aux abords de la Gare du Nord en compagnie d’une jeune femme. Malgré son refus, le dealer présumé aurait insisté, puis brandi un couteau avant de se montrer menaçant.

C’est alors que le militaire aurait réussi à retourner l’arme contre l’agresseur, le blessant au bras et à la cuisse. Une artère ayant été coupée, ce dernier est décédé des suites de ses blessures à l’hôpital.

Quant au légionnaire, Brahim A, interpellé et placé en garde à vue après les faits, il a sérieusement touché à la main au cours de l’altercation, au point que son état lui a valu un interruption temporaire de travail (ITT) de 30 jours.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].