Airbus Defense & Space poursuit le projet de drone solaire Zephyr

zephyr-20140429

Dans le cadre de son programme HAPS (High Altitude Pseudo-Satellite ou pseudolite à haute altitude) lancé en 2008, EADS Astrium, désormais intégré à Airbus Defense & Space (ADS), avait mis la main sur les activités liées au développement du drone solaire Zephyr de l’industriel britannique Qinetiq.

Conçu en fibres de carbone et doté de panneaux solaires et d’une batterie Li-S (lithium et soufre), le Zephyr 7 avait battu, en juillet 2010, le record officiel d’endurance pour un engin aérien en tenant l’air pendant 336 heures et 22 minutes, à une altitude de 21.562 mètres.

Le fonctionnement du Zephyr est relativement simple sur le papier : pour se maintenir en l’air, il est propulsé par deux moteurs électriques utilisant l’énergie solaire qu’il stocke pendant la journée grâce à ses batteries Li-S pour ensuite la consommer pendant la nuit.

En août 2013, Astrium avait fait voler pour la première fois le Zephyr sous ses couleurs depuis le polygone d’essai de Yuma, en Arizona (Etats-Unis) afin « de démontrer un certain nombre d’améliorations apportées à la conception et à l’exploitation du véhicule, en vue de permettre de futurs essais opérationnels de longue endurance » en collaboration avec le minstère britannique de la Défense (MoD).

Comme pour le dirigeable stratosphérique autonome Stratobus, actuellement développé par Thales Alenia Space, l’objectif d’ADS est donc d’améliorer les performances de cet appareil, en augmentant notamment la charge utile qu’il pourra emporter afin de pouvoir lui confier des missions de surveillance sur de larges superfices ou encore de l’utiliser comme relai ou plateforme pour les télécommunications. D’où le lancement du programme Zephyr 8, annoncé le 24 avril.

« Zephyr 7 est manifestement en avance sur tout autre système HAPS et nous avons passé l’année dernière à analyser et à concevoir exactement ce que nous devons améliorer », a expliqué Chris Kelleher, le directeur technique d’Airbus Zephyr.

« Je suis ravi des progrès », a commenté Jens Federhen, le directeur du programme HAPS chez Airbus. « Nous sommes en train de construire la prochaine génération d’Airbus Zephyr qui permettra aux clients de tester des charges utiles et des applications. Nous sommes prêts et impatients de démontrer ses capacités uniques en vol », a-t-il ajouté.

L’industriel n’a pas précisé les caractéristiques du Zephyr 8, pas plus qu’il n’a dévoilé ses attentes en matière de performances. Il faudra donc attendre les premiers vols d’essai pour en savoir plus.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].