Israël a mis sur orbite un nouveau satellite d’observation

A l’issue de 2 jours de discussions à Vienne (Autriche), l’Iran et le groupe 5+1 (les cinq membres du Conseil de sécurité de l’ONU et l’Allemagne) ont indiqué, le 9 avril, être prêts à lancer la rédaction d’un accord portant sur le programme nucléaire mené par Téhéran, soupçonné d’avoir une finalité militaire et pas uniquement civile comme le prétendent les responsables iraniens.

Cependant, les points les plus délicats n’ont pas encore fait l’objet d’un accord. D’où le « travail intensif nécessaire pour résoudre les divergences qui demeurent » évoquées dans une déclaration conjointe de la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, et de Mohammad Javad Zarif, le ministre iranien des Affaires étrangères.

Parmi les sujets encore sur la table, il y a la question du réacteur à eau lourde d’Arak, destiné à produire du plutonium, utilisé pour la fabrication d’armes nucléaires, ainsi que les capacités iraniennes d’enrichissement de l’uranium. En gros, l’essentiel.

Quoi qu’il en soit, en Israël, la méfiance à l’égard des intentions de Téhéran reste de mise. Et puis un échec des négociations en cours est toujours envisageable. Aussi, il n’est pas question de baisser la garder un oeil sur les activités iraniennes.

A cette fin, Israël a placé sur orbite, dans la nuit du 9 au 10 avril, un nouveau satellite de type RSO (radar à synthèse d’ouverture) dédié au renseignement, l’Ofek-10 (Horizon), grâce à une fusée Shavit, lancée depuis la base aérienne de Palmahim.

Le ministre israélien de la Défense, Moshe Yaalon, a précisé que le satellite Ofek-10 permettra de « mieux gérer les menaces proches et lointaines, à toute heure (…) et par tous les temps ».

« Le nouveau satellite d’observation Horizon 10 s’appuie sur une technologie radar et dispose de capacités photographiques avancées, diurnes, nocturnes et sous toutes conditions météorologiques », a fait valoir Tsahal, dans un communiqué. Cet engin serait en mesure de prendre des clichés d’objets ayant une dimension d’au moins 50 centimètres. Selon IAI, son constructeur, il effectuera le tour de la Terre toutes les 99 minutes.

« Si les Iraniens tentent de dissimuler certaines activités, telles que la mise missiles dans leurs lanceurs, Israël va maintenant être en mesure d’identifier que l’activité dans la moitié du temps », a expliqué l’analyste militaire Ron Ben-Yishai au site Ynet.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].