Bagdad accuse l’Arabie Saoudite et le Qatar de lui avoir « déclaré la guerre »

L’Arabie Saoudite a accusé, cette semaine, le Qatar de soutenir la montée islamiste dans la région du golfe arabo-persique, et en particulier les Frères musulmans, que Riyad a placé sur sa liste des mouvement terroriste. Pourtant, les deux monarchies pétrolières apportent une aide à la rébellion syrienne, composée majoritairement par le Front islamique, dont l’objectif est d’instaurer la charia en Syrie, et les jihadistes du Front al-Nosra et de l’Etat islamique d’Irak et du Levant (EIIL).

Aussi, le Premier ministre irakien, Nouri al-Maliki, de confession chiite, a mis le Qatar et l’Arabie Saoudite dans le même sac, lors d’un entretien accordé à France 24. L’Irak, où se tiendront des élections législatives le 30 avril prochain, est en proie à une vague d’attentats quotidiens. En outre, la province d’al-Anbar, au nord-ouest de Bagdad, est partiellement passée au mains des jihadistes de l’EIIL, lesquels contrôlent la ville de Falloujah et une partie de celle de Ramadi.

Le ressentiment sunnite à l’égard de la politique menée par M. al-Maliki mais aussi et surtout les débordements de la guerre civile syrienne expliquent cette montée de la violence, laquelle a atteint ses plus hauts niveaux depuis 2007/2008. En janvier, le Premier ministre irakien avait déjà pointé des pays « diaboliques » et « traitres » de la région de vouloir déstabiliser le sien. Cette fois, il est allé encore plus loin en nommant l’Arabie Saoudite et le Qatar.

« Ils attaquent l’Irak, via la Syrie, et de manière directe, et ils ont déclaré la guerre à l’Irak », a ainsi affirmé M. al-Maliki. « Ces deux pays sont les premiers responsables des violences entre communautés, du terrorisme et de la crise de sécurité en Irak », a-t-il insisté, en faisant valoir que Riyad et Doha fournissent un soutien politique et financier aux insurgés tout en achetant des « armes au bénéfice de ces organisations terroristes ».

Le Premier ministre irakien a notamment dénoncé le rôle de l’Arabie Saoudite, en fustigeant son « choix dangereux » de « soutenir le terrorisme dans le monde ». Elle « le soutient en Syrie, et en Irak, et au Liban, et en Egypte, et en Libye, et même dans les pays au-delà » du monde arabe, a-t-il accusé.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].