La diplomatie russe inquiète de l’intention de l’Arabie Saoudite de livrer des missiles sol-air aux rebelles syriens

En juin 2013, l’hebdomadaire Der Spiegel, sur la foi d’un rapport confidentiel des services de renseignement allemands, rapportait que l’Arabie Saoudite avaint l’intention de fournir à la rébellion syrienne des missiles sol-air à courte portée MANPADS (« Man-portable air-defense systems »), comme par exemple le Stinger, pouvant être tiré à l’épaule. Ces armes jouèrent un rôle non négligeable contre l’aviation soviétique en Afghanistan.

A l’époque, il était question de fournir des armes à l’Armée Syrienne Libre (ASL), opposée au régime de Bachar el-Assad. Du moins, l’hypothèse était sérieusement envisagée par plusieurs chancelleries occidentales.

Sauf que, depuis, la donne a radicalement changé sur le terrain. L’ASL n’a désormais que très peu d’influence au sein de la rébellion et plusieurs de ses brigades ont rejoint le Front islamique syrien, dont l’objectif est d’instaurer la charia en Syrie. Des insurgés qui n’ont donc rien de laïc et de démocrate…

Et, bien évidemment, l’idée de fournir des armes aux opposants de Bachar el-Assad n’est plus évoquée… Sauf par l’Arabie Saoudite, semble-t-il, qui n’a pas renoncé à la doter de MANPADS et de missiles anti-chars, lesquels seraient achetées au Pakistan, où sont fabriqués l’Anza, une version locale d’un système sol-air chinois.Et cela est inacceptable pour Moscou, qui l’a fait savoir, en début de semaine.

« La Russie est préoccupée par des publications sur l’intention de l’Arabie saoudite de fournir des armes antiaériennes et antichars aux rebelles syriens », a indiqué le ministère russe des Affaires étrangères, le 24 février.

« Des publications se référant au site gulfnews.com affirment que l’Arabie saoudite se proposerait d’acheter des armes antiaériennes et antichars de fabrication pakistanaise pour les rebelles syriens retranchés sur le territoire de Jordanie. Ce marché serait appelé à renverser l’équilibre sur le terrain en faveur des commandos de l’opposition syrienne armée lors de leur offensive ‘de printemps’ sur Damas depuis le sud », explique-t-il, dans son communiqué.

En outre, Moscou a également fait valoir que « si ces armes tombent entre les mains d’extrémistes et de terroristes, dont la Syrie est littéralement inondée aujourd’hui, elles pourraient par la suite être utilisées hors de ce pays proche-oriental ».

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant.

Commentaires

  1. de Tom

    Répondre

  2. de Fralipolipi

    Répondre

  3. de Casimir

    Répondre

  4. de Tom

    Répondre

  5. de Casimir

    Répondre

  6. de Croco

    Répondre

  7. de riri

    Répondre

  8. de Marie Claude

    Répondre

  9. de Croco

    Répondre

  10. de 1776

    Répondre

  11. de patrick

    Répondre

  12. de patrick

    Répondre

  13. de nexterience

    Répondre

  14. de Croco

    Répondre

  15. de Croco

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>