Un drone « modulaire » en cours de développement chez Lockheed-Martin

Lancé en 2009 par la Darpa, l’agence de recherche et développement du Pentagone, le programme Transformer (TX) visait à mettre au point une sorte de « Humvee volant », c’est à dire un véhicule blindé pouvant emporter 4 personnes capable de prendre les airs.

L’idée était de pouvoir disposer d’un engin pouvant permettre de s’affranchir des menaces dites asymétriques (engins explosifs improvisés par exemple) et des risques d’embuscade tout en ayant la possibilité de mener différentes missions, allant du raid des forces spéciales à la reconnaissance, en passant par l’approvisionnement ou encore l’évacuation médicale. Certes, un hélicoptère peut très accomplir ces tâches. Seulement, leur usage, en plus d’être coûteux, peuvent poser des problèmes de logistiques et ils ne sont pas invulnérables…

En 2011, deux projets furent pré-sélectionnés par la Darpa dans le cadre de ce programme. Deux ans plus tard, celui porté par Lockheed-Martin, désigé par l’acronyme ARES (Aerial Reconfigurable Embedded System) s’imposa aux dépens de celui présenté par AAI Corp.

Seulement, les ingénieurs de Lockheed Martin Skunk Works ont considéré que concevoir une voiture volante était moins pertinent que d’imaginer un drone pouvant emporter des charges utiles diverses et variées, dont un véhicule. C’est donc cette approche que la Darpa a validé.

Du coup, l’industriel américain travaille actuellement sur un prototype de drone à décolage et atterrissage vertical, conçu comme une plate-forme capable de transporter une variété de charges utiles (ou de modules) choisis en fonction des missions à effectuer. Ce système disposera de son propre système d’alimentation et de carburant ainsi que de commandes de vol numériques et pourra bien évidemment être contrôlé à distance, via des applications de téléphones mobiles ou de tablettes.

« Le système pourrait utiliser des zones d’atterrissage deux fois moins importantes par rapport à celles généralement nécessaires pour des hélicoptères de taille similaire, ce qui lui permettra d’atterrir sur des terrains accidentés et à bord de navires », explique la Darpa. Muni de rotors basculants, l’ARES pourrait voler à une vitesse de 370 km/h tout en transportant une charge utile de 1,3 tonnes maximum. Les premiers essais des prototypes commenceront d’ici mi-2015.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].