Une intervention militaire dans le sud de la Libye n’est « pas d’actualité », selon M. Fabius

La semaine passée, l’amiral Edouard Guillaud, qui va quitter ses fonctions de chef d’état-major des armées (CEMA) dans quelques jours, avait évoqué une intervention militaire internationale dans le sud de la Libye, qualifié de « trou noir » pouvant devenir le « nouveau centre de gravité du terrorisme ».

Ce que confirme le Premier ministre malien, Oumar Tatam Ly. « Avec une forte mobilité des groupes armés qui sont installés là-bas, qui peuvent rejoindre le Nord-Mali dans un délai très court, l’enjeu direct, c’est de reconstituer des capacités qui nous permette de sécuriser notre territoire

Lors d’un entretien accordé à RFI, le ministre nigérien de l’Intérieur, Massoudou Hassoumi, a en quelque sorte repris la balle au bond. « Les puissances qui sont intervenues en Libye pour renverser le colonel Kadhafi, à la suite de quoi la Libye est devenue aujourd’hui le principal sanctuaire terroriste, doivent faire le service après-vente. Et dans le cas de ce service après-vente, il est tout à fait légitime que la France et les Etats-Unis interviennent pour éradiquer la menace terroriste dans le Sud de la Libye », a-t-il déclaré le 5 février.

Alors qu’un communiqué publié par le Quai d’Orsay à l’issue d’une visite à Paris, le 4 février, de Mohamed Bazoum, le ministre nigérien des Affaires étrangères, a fait part de  « la proximité de nos approches et la confiance qui prévaut dans nos relations bilatérales » et de discussions ayant porté sur la situation régionale, notamment en Libye et au Sahel, le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a affirmé, sur les ondes de RFI, qu’une opération militaire dans le sud libyen n’était pas envisagée à l’heure actuelle.

« Il n’est pas envisagé d’intervention militaire », a-t-il dit. L’analyse de la France est « qu’il faut conforter la stabilisation de la Libye », a-t-il ajouté, avant de préciser qu’il avait « écrit au Premier ministre Ali Zeidan [ndlr, Premier ministre libyen] pour lui proposer un certain nombre d’initiatives. » Lesquelles? L’on n’en saura pas plus… Du moins probablement pas avant une conférence ministérielle internationale prévue le 6 mars prochain, au sujet de laquelle le chef de la diplomatie français a promis de mobiliser la communauté internationale sur ce dossier.

Pas d’intervention militaire, donc. D’ailleurs, il n’en est pas non plus question pour Tripoli. « Nous examinerons ce qu’il est possible de faire pour aider nos amis libyens », a déclaré M. Fabius, en précisant que « les grands pays de la communauté internationale souhaitent qu’il y ait une stabilisation de la Libye ». Et d’ajouter : « Ce que nous avons connu au Mali, ce que nous connaissons ailleurs, nous montre qu’il ne faut pas se laisser s’enkyster une situation »

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant.

Commentaires

  1. de Pépito

    Répondre

  2. de l'ancien cuirassier

    Répondre

  3. de fraisedesbois

    Répondre

  4. de fraisedesbois

    Répondre

  5. de Wrecker

    Répondre

  6. de Philippe

    Répondre

  7. de marcel

    Répondre

  8. de Philippe

    Répondre

  9. de l'ancien cuirassier

    Répondre

  10. de patrick

    Répondre

  11. de Wrecker

    Répondre

  12. de Clavier

    Répondre

  13. de marcel

    Répondre

  14. de Collin

    Répondre

  15. de Mouilhayrat

    Répondre

  16. de l'ancien cuirassier

    Répondre

  17. de Philippe

    Répondre

  18. de marcel

    Répondre

  19. de marcel
  20. de Wrecker

    Répondre

  21. de marcel

    Répondre

  22. de Croco

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>