La Finlande va acquérir 100 chars Leopard 2A6 d’occasion

Comme d’autres pays en Europe, la Finlande a réduit ses dépenses militaires dans le cadre d’une politique d’austérité menée afin de maîtriser ses déficits publics. Désormais, l’effort finlandais de défense s’élève à 2,8 milliards d’euros, soit moins de 1,5 du PIB.

Seulement, à force de tailler dans les budgets militaires, des questions se posent, désormais, sur la capacité des forces armées finlandaises à assurer la protection du territoire. Le même débat a lieu en Suède, où plusieurs responsables politiques, inquiets du réarmement massif annoncé par la Russie, plaident pour une hausse des dépenses militaires et même, éventuellement, pour une adhésion à l’Otan.

S’agissant de ce dernier point, qui est aussi un sujet de débat en Finlande, l’affaire semble réglée pour le moment : les Premier ministre suédois, Fredrik Reinfeldt, et le président finlandais, Sauli Niinistö, n’y sont pas favorables, même si la Suède va mettre des unités à la disposition de la Nato Response Force (NRF) en 2014. En revanche, il est question d’un partenariat renforcé entre les deux pays en matière militaire.

« Le partenariat envisagé visera à renforcer les capacités militaires de chaque pays », a expliqué, à la mi-janvier, Karin Enström, le ministre suédois de la Défense. Et de préciser : « Là où nous avons des besoins similaires, nous pouvons regarder un achat ou un développement en commun. (…) Nous parlons d’une initiative sérieuse qui peut permettre de réduire nos coûts de défense grâce des projets communs. »

Reste que, en attendant que ce partenariat soit mis en place, la Finlande doit se charger elle-même de sa défense, même s’il existe une clause de sécurité mutuelle dans le Traité de Lisbonne (article 42, paragraphe ) qui stipule que « Etats membres de l’Union européenne doivent assistance à l’un d’eux s’il est attaqué, conformément à l’article 51 de la Charte des Nations unies ». (A croire que personne ne l’a lue…)

« Il est important que nous maintenions une capacité de défense pour repousser toute agression armée », a ainsi affirmé Carl Haglund, le ministre finlandais de la Défense. « Si les niveaux du budget de la défense restent en l’état, dans les années 2020, les forces armées ne seraient plus en mesure de défendre toute la Finlande », a-t-il insisté. Un rapport parlementaire, publié en décembre 2012, avait affirmé que ce serait effectivement le cas si les dépenses militaires n’étaient pas augmentées après 2016.

Seulement, même si le budget finlandais de la défense ne devrait plus baisser dans les années à venir, il n’augmentera pas non plus. Et il sera toujours question de réaliser des économies, ce qui rend l’acquisition de nouveaux matériels de bonne qualité compliquée.

Dans ces conditions, et avec une marge de manoeuvre budgétaire réduite, l’une des solutions passe par l’acquisition d’équipements d’occasion. C’est ainsi qu’il a été annoncé l’achat, pour les besoins des forces finlandaises, de 100 chars Leopard 2A6.

Manifestement, à Helsinki (comme à Varsovie d’ailleurs), on est loin de considérer que l’arme blindée cavalerie fait partie du passé… à la différence des responsables néerlandais puisque ces Leopard 2A6 de seconde main seront acquis auprès des Pays-Bas pour près de 200 millions d’euros.

Depuis 2011, les forces néerlandaises subissent une profonde cure d’austérité, au point où l’on peut se demander si elles ne finiront pas par disparaître, au train où vont les choses…. Mais le malheur des militaires bataves fera donc le bonheur de leurs homologues finlandais.

« Il s’agit du meilleur char du monde – ou en tout cas l’un des meilleurs », s’est réjoui le général Petri Hulkko, du ministère finlandais de la Défense. Les Leopard 2A6 seront livrés entre 2015 et 2016 à la brigade blindée de Parolannummi.

Jusqu’à présent, l’armée finlandaise utilise des Leopard 2A4, acquis auprès de l’Allemagne entre 2002 et 2004. Aucune précision n’a été donnée au sujet de leur avenir, même s’il est fort probable qu’ils soient remplacés par ceux de la version 2A6, qui ont présentes des capacités et des performances supérieures.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].