Tchad : Les véhicules de la force Epervier sont « souvent inadaptés au terrain »

Le groupement Terre de la force Epervier, fort de 350 militaires répartis entre une compagnie motorisée, une unité élémentaire de protection et une compagnie motorisée, compte, selon les données fournies par l’Etat-major des armées, 70 véhicules, dont 14 VBL (véhicules blindés légers), des ERC-90 Sagaie, 23 VAB (Véhicule de l’avant blindé) et « divers véhicules légers », dont des Peugeot P4. En clair, il ne s’agit pas d’engins de toute première jeunesse.

Et pourtant, les Eléments français au Tchad (EFT) font avec. Or, lors de leur déplacement à N’Djamena, les députés Patricia Adam et Christophe Guilloteau ont constaté que ces véhicules étaient… inadaptés. Mieux vaut tard que jamais, comme l’on dit.

« Notre déplacement nous a permis de constater que malgré le travail d’un service de soutien performant, nos matériels terrestres roulants sont trop souvent inadaptés au terrain : ils s’ensablent facilement… », a ainsi affirmé Mme Adam, lors d’une séance de la commission de la Défense qu’elle préside. « Ainsi, les Français sont souvent moins bien dotés que les Tchadiens lorsqu’il s’agit d’opérer dans les régions désertiques du nord! », a-t-elle ajouté.

Son collègue Christophe Guilloteau a fait le même constat . « Les véhicules de l’avant blindés (VAB), les Sagaie, les P4 et les camions lourds sont non seulement anciens, mais surtout inadaptés aux terrains sableux », a-t-il confirmé. « C’est pourquoi les militaires en poste sur place plaident en faveur de leur remplacement par des véhicules de type Bastion, comme ceux qu’utilisent aujourd’hui les forces tchadiennes », a-t-il précisé.

Fabriqué par ACMAT, filiale de Renault Trucks Defense, le Bastion Patsas qui équipe l’armée tchadienne est un véhicule 4×4 capable de transporter 5 hommes avec leur équipement complet de combat. Il peut être armé par une mitrailleuse 12,7 mm et il dispose de 3 postes de tir. Comme l’industriel l’indique, « l’importante charge utile (2 tonnes) assure à l’équipage d’embarquer assez de ravitaillement et de munitions pour réaliser des opérations de longue endurance en zone désertique ».

« Il nous faut des matériels plus légers et plus véloces, notamment pour les opérations menées à partir des camps d’Abéché et de Faya-Largeau », a encore plaidé Christophe Guilloteau. Seulement, la Loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019 ne le prévoit pas, des crédits étant affectés pour le programme Scorpion, lequel vise à remplacer les VAB, les AMX-10 RC et les ERC-90 Sagaie respectivement par des Véhicules blindés multi-rôles (VBMR) et des Engins blindés de reconnaissance et de combat.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].