Un accord de coopération militaire entre la France et la Guinée signé à bord du BPC Dixmude

Engagés dans l’opération Corymbe, dans le golfe de Guinée le Bâtiment de projection et de commandement (BPC) Dixmude et l’aviso Commandant L’Herminier ont fait une escale à Conakry, le 13 janvier dernier. Soit deux jours avant la démission du gouvernement guinéen, emmené par le Premier ministre Mohamed Saïd Fofana, qui était attendue par les observateurs de la vie politique de ce pays.

Quoi qu’il en soit, le passage de ces deux bâtiments de la Marine nationale en Guinée a été l’occasion de signer un protocole d’accord de coopération liant Paris et Conakry à bord du BCP Dixmude. Ce texte fait suite à des discussions ayant eu lieu en novembre 2013 entre les présidents François Hollande et Alpha Condé.

Ce protocole d’accord a été signé par l’ambassadeur de France en Guinée, Bertrand Cochery, et le ministre délégué à la défense, Abdoul Kabèlè Camara. Selon le site VisionGuinee.info, le texte concerne l’organisation des forces armées guinéenne ainsi et la formation de leurs personnels ainsi que les opérations de maintien de la paix.

Côté français, peu de choses ont été dites sur le contenu de cet accord. Si ce n’est que Bertrand Cochery a affimé qu’il « contribue au renforcement de l’Etat de droit en Guinée » et qu’il « pérennise, avec les engagements et les obligations qui y sont liées, une relation de coopération bilatérale très forte qui pour but d’accompagner la constitution d’une armée républicaine et la refondation du lien armée-nation ».

Des actions à venir devraient porter sur la formation d’un bataillon en partance pour le Mali dans le cadre de la MINUSMA, le développement des capacités navales dans le cadre de l’action de l’Etat en mer et le renforcement des moyens aériens. Cet accord sera valable pendant 5 ans et renouvelable tacitement. Il devra encore être ratifié par les Parlements respectifs des deux pays.

En mars prochain, et conformément à ce qu’a annoncé le président Condé en novembre dernier, plus de 900 militaires guinéens seront déployés au Mali, principalement à Gao et à Tombouctou, où ils côtoieront leurs homologues français de la Force Serval et de l’EUTM Mali.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant.

Commentaires

  1. de Wrecker

    Répondre

  2. de FirstOne

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>