L’aviation hongroise va protéger l’espace aérien de la Slovénie

Quand, en 2004, la Slovènie fut officiellement admise au sein de l’Otan, ses forces aériennes n’étaient pas en mesure d’assurer des missions de police du ciel. D’où la sollicitation de l’aviation italienne pour y remédier.

La Slovénie n’était alors pas un cas isolé puisque l’Islande (membre depuis 1949) et les trois pays Baltes se trouvaient alors dans la même situation. Depuis, aucun de ces pays n’a pu se doter d’une aviation capable de protéger leurs espaces aériens respectifs.

« Nous avons mis en place les moyens nécessaires à la fonction de police du ciel afin de respecter nos engagements envers les nouveaux pays membres », avait déclaré à l’époque l’amiral britannique, Sir Ian Garnett, alors chef d’état-major du SHAPE.

D’où le lancement de la mission « Baltic Air Policing », qui continue encore d’être assurée, à tour de rôle, par différents pays de l’Otan. A ce titre, la France y a participé l’an passé avec l’envoi de Mirage F1 de l’escadron 2/33 Savoie. Même chose pour l’Islande, où, en 2014, il reviendra à l’aviation norvégienne d’assurer la protection de l’espace aérien.

Quant à Ljubljana, un accord passé récemment avec l’Otan indique que la Hongrie prendra la relève, dès cette année, de l’Italie, pour assurer la protection de l’espace aérien slovène. L’annonce a été faite par le bureau du Premier ministre hongrois.

L’aviation hongroise est très modeste, avec seulement une douzaine d’avions de combat JAS-39 Gripen. Jusqu’en décembre 2010, elle mettait en oeuvre des MiG-29 de facture russe que Budapest cherche actuellement à revendre.

Toujours selon le bureau du Premier ministre, il n’est pas exclu que l’aviation hongroise soit également engagée dans les pays baltes à partir de 2015.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].